Dijon : Mélenchon estime que «la population a dû se défendre elle-même», et tacle la «fachosphère»

Dijon : Mélenchon estime que «la population a dû se défendre elle-même», et tacle la «fachosphère»© Christophe SIMON Source: AFP
Jean-Luc Melenchon donne une conférence de presse à Marseille le 6 juin 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Chahuté pour sa volonté de désarmer «autant que possible» la police, Jean-Luc Mélenchon a estimé que les citoyens de Dijon n'avaient eu d'autre choix que de «se défendre» face à une bande armée tchétchène ayant échappé aux radars du renseignement.

Pris pour cible par des personnalités politiques de droite à cause de ses idées concernant la police, le chef de file de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon a analysé, dans une tribune intitulée Dijon, miroir de l’échec policier et de la névrose de la fachosphère et publiée le 16 juin sur son blog, les récents épisodes de violence qui s'y sont déroulés ces derniers jours. Alors que la droite a, selon lui, fait de ces affrontements entre des membres de la communauté tchétchène et maghrébine «un mauvais roman de guerre ethnique», le député des Bouches-du-Rhône y voit une conséquence des mauvais choix sécuritaires du gouvernement.

Avec les événements de Dijon, une certaine officialité et tous les réseaux de la fachosphère pensent tenir une illustration de leurs fantasmes racistes et xénophobes

«Il est temps de poser les vraies questions que ce désastre appelle»

«Il est temps de poser les vraies questions que ce désastre appelle», interpelle le tribun insoumis. «Avec les événements de Dijon, une certaine officialité et tous les réseaux de la fachosphère pensent tenir une illustration de leurs fantasmes racistes et xénophobes. Bien-sûr, tous en chœur, ceux-là se dépêchent de mettre en cause ma remarque sur la nécessité de désarmer autant que possible la police», fait valoir le président du groupe LFI à l'Assemblée nationale en guise d'introduction de sa tribune.

Mais Jean-Luc Mélenchon fait une autre lecture des événements : «La population a dû se défendre elle-même. Pourtant, la police à Dijon est armée comme partout en France !» Déplorant l'échec du renseignement à avoir détecté la formation d'une bande armée tchétchène, Jean-Luc Mélenchon critique ouvertement les choix politiques du ministère de l'Intérieur, qui préfère selon lui déployer des effectifs renforcés pour «affronter des manifestants [plutôt] que le trafic d'armes, de drogues ou la traite des êtres humains».

Répondant aux «aboiements de la fachosphère», il poursuit : «La population des Grésilles à Dijon est victime de son abandon. Elle s’est défendue parce que la police ne le faisait pas. Les considérations ethniques ne jouent pas plus de rôle dans cette histoire que n’en jouerait n’importe quel autre facteur d’indentification collective.»

Le dirigeant de La France insoumise avait récemment été la cible de plusieurs personnalités de droite, après s'être dit favorable à désarmer «autant que possible» la police. En effet, le 15 juin, la présidente du RN, Marine Le Pen, avait commenté sur Twitter plusieurs vidéos des échauffourées de Dijon en déclarant notamment : «Hier encore, des politiciens irresponsables voulaient désarmer la police, le ministre de l'Intérieur lui-même lâchait ses forces de l’ordre.»

Plus explicitement, Julien Odoul, président du groupe RN en Bourgogne Franche-Compté, s'était adressé à Jean-Luc Mélenchon sur Twitter, lui demandant : «Et si on commençait par désarmer les milices tchétchènes ?»

«Quand je pense que certains voudraient désarmer les policiers, y compris le ministre de l'Intérieur», avait de son côté affirmé le patron des sénateurs Les Républicains (LR) Bruno Retailleau sur France Inter.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix