«Taxe Jean Valjean» : des députés de gauche veulent une taxe pour les plus riches

- Avec AFP

«Taxe Jean Valjean» : des députés de gauche veulent une taxe pour les plus riches© POOL New Source: Reuters
Sébastien Jumel, député communiste de la sixième circonscription de la Seine-Maritime (image d'illustration).

Des parlementaires, dont le communiste Sébastien Jumel ou l'insoumis François Ruffin, ont plaidé pour une contribution «exceptionnelle» des plus hauts patrimoines face à la crise du Covid-19, reprenant une idée lancée par l'acteur Vincent Lindon.

Plusieurs députés de gauche ont relancé le 2 juin 2020 l'idée d'une «Taxe Jean Valjean». Portée par le communiste Sébastien Jumel, cette proposition de résolution, à valeur symbolique, est cosignée par des communistes (PCF), des insoumis (LFI) et quelques élus socialistes et apparentés ou Libertés et Territoires.

Pour les personnes possédant «10 millions d'euros de patrimoine» et plus, il s'agirait d'une «taxe progressive» de 1 à 5% qui «permettrait de ramener 34 milliards profondément utiles dès la première année», a présenté le député communiste, élu de Seine-Maritime, lors d'un point de presse place du Palais Bourbon.

Cette contribution exceptionnelle, «pour financer les services publics», viendrait en complément de la demande de rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) réclamée par la gauche et une partie de la droite radicale. «La question de l'ISF, de la taxation du capital, elle n'est plus tenable pour les "marcheurs". Mais comme ça ne tombera pas du ciel, il va falloir les bousculer», avec un «rapport de force», a estimé Sébastien Jumel.

Le député communiste a voulu donner une traduction parlementaire à une idée défendue avec «humanité, sincérité et sensibilité» par le comédien Vincent Lindon, le 6 mai 2020 sur le site Mediapart, a-t-il expliqué.

«Il est évident que dans le pays, il y a un sentiment de profonde injustice fiscale. C'est latent et c'est cause de ressentiment pour un certain nombre de personnes», a ajouté François Ruffin (LFI). «Pendant la crise des Gilets jaunes, l'un des slogans, c'était que "les petits payent petit et que les gros payent gros". Ça avait le mérite de la simplicité et de la clarté. Il faut quand même se souvenir que la Révolution française est née d'une réforme fiscale», a-t-il poursuivi.

«Ça me plaît bien de signer une proposition qui s'appelle Jean Valjean [et que] deux siècles plus tard on puisse faire du Victor Hugo [car] certains vivent la vie de ce qu'il racontait», a estimé Caroline Fiat (LFI), dans une allusion à l'auteur des Misérables, et à son personnage central Jean Valjean.

Le 6 mai 2020, l'acteur Vincent Lindon avait notamment publié une vidéo dans laquelle il lisait une longue contribution pour la mise en place d'une telle idée, en préconisant des «sanctions» contre les fortunes qui souhaiteraient échapper à cette solidarité : «Même si je ne doute pas un instant que les plus riches de nos concitoyens se réjouiront de l’occasion ainsi offerte de montrer leur patriotisme et leur générosité, il me paraît prudent que les législateurs mettent en place des sanctions suffisamment dissuasives pour décourager les improbables mauvaises volontés. Je pense ici, surtout, à nos compatriotes domiciliés fiscalement à l’étranger, évidemment conviés à manifester leur solidarité.»

Sans doute peu favorable à la «taxe Jean Valjean», le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait notamment estimé mi-mai que le rétablissement de l'ISF, supprimé en 2018 par le gouvernement, serait de la «pure démagogie» : «On l'a fait pendant des années, ça n'a pas marché, ça n'a pas enrichi la France, pas amélioré la prospérité».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»