Emmanuel Macron l'assure : «Nous n'avons jamais été en rupture» de masques

Emmanuel Macron l'assure : «Nous n'avons jamais été en rupture» de masques© Francois Mori Source: AFP
Emmanuel Macron lors d'une visioconférence depuis l'Elysée à Paris, avec la chancelière allemande, le 18 mai 2020 (image d'illustration).

«Il y a eu une doctrine restrictive, pour ne jamais être en rupture [...] Ayons collectivement l'honnêteté de dire qu'au début du mois de mars, personne ne parlait des masques» : Emmanuel Macron a défendu sa gestion de la crise sanitaire sur BFMTV.

Après un échange tendu entre Emmanuel Macron et des soignantes diffusé sur BFMTV le 15 mai lors d'une visite surprise à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, le président de la République était interrogé par la même chaîne d'actualité dans l'émission intitulée Au cœur de l'Elysée, face à la crise, et qui a été diffusée le 18 mai.

Dans un extrait, on voit Emmanuel Macron corriger le vocabulaire utilisé par la journaliste qui lui demandait simplement : «Est-ce que vous reconnaissez que vous avez commis des erreurs de communication autour de la pénurie des masques ?»

Tout d'abord, Emmanuel Macron cherche ses mots, puis évoque «une doctrine restrictive» : «Ce que je viens de dire s'applique aussi pour ce sujet, et je pense que, beaucoup de choses ont été dites sur ce sujet, j'y suis revenu, le gouvernement est... N'ayons pas ce syndrome... les choses ont été dites, les choses ont été gérées, nous n'avons pas connu la situation... il y a eu une doctrine restrictive, pour ne jamais être en rupture que le gouvernement a prise et qui je pense, était la bonne.»

Puis le chef d'Etat se reprend et, avec force gestes énergiques, il assure : «Il y a eu ensuite un approvisionnement renforcé et une production renforcée, et nous n'avons jamais été en rupture.»

Emmanuel Macron doit toutefois concéder ensuite : «Ce qui est vrai, c'est qu'il y a eu des manques, il y a eu des tensions et c'est ça qu'il faudra regarder pour le corriger, pour prévenir et donc on voit bien que cela nous ramène... que ça nous amène à changer de logique en profondeur sur certains de ces sujets qui paraissaient totalement innocents.»

Mais l'actuel locataire de l'Elysée en appelle tout de même les Français à avoir «collectivement l'honnêteté de dire qu'au début du mois de mars, même, et encore plus en février ou en janvier, personne ne parlait des masques.»

Et d'expliquer, en conclusion, sans préciser s'il s'agit des masques chirurgicaux ou FFP2 : «Nous n'aurions jamais pensé être obligés de restreindre la distribution de [masques] pour les soignants.»

Cette explication suffira-t-elle à convaincre le personnel, qui dénonce depuis le début de la crise le manque de moyens alloués par les autorités ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»