Agressé dans la rue, le polémiste Eric Zemmour reçoit un soutien quasi unanime de gauche à droite

Agressé dans la rue, le polémiste Eric Zemmour reçoit un soutien quasi unanime de gauche à droite© Benoit Tessier Source: Reuters
Eric Zemmour est un intellectuel avec des opinions tranchées (image d'illustration).

Marchant dans Paris après avoir fait ses courses, Eric Zemmour a essuyé des insultes et un crachat d'un vidéaste amateur. De nombreuses personnalités, comme Caroline Fourest ou Eric Naulleau, ont condamné l'agression et soutenu le chroniqueur.

Un homme a pris à partie le polémiste et écrivain Eric Zemmour le 30 avril alors que celui-ci se promenait avec des sacs de courses dans Paris. Eric Zemmour a reçu plusieurs insultes et, selon l'auteur de la vidéo, un crachat de sa part. La scène a rapidement circulé sur les réseaux sociaux, et le chroniqueur a reçu sur les réseaux sociaux de multiples soutiens de gauche à droite.

Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, a par exemple dénoncé «une racaille qui a insulté [Eric Zemmour] et lui a craché dessus alors qu’il faisait ses courses». «Il n’y aura naturellement pas de suite. Imaginons la situation inverse...», a-t-il poursuivi.

L'eurodéputé du Rassemblement national Gilbert Collard a exprimé sa colère : «On ne veut plus d'une France des "nique ta mère" et des "fils de pute" : on n'en peut plus ! Soutien à Zemmour et ras-le-bol du Niqueland !»

Le parlementaire centriste de l'UDI Meyer Habib a déploré un «silence total de la gauche, idem de la presse bien-pensante» – ce qui n'est pas totalement exact, comme les tweets suivants le montrent – et s'est dit «inquiet pour la France».

L'ancien Premier ministre socialiste, actuellement Macron-compatible, Manuel Valls a également trouvé la vidéo «inacceptable» : «Ma solidarité avec Eric Zemmour. Ses idées se combattent avec des idées, ses dérives quand elles sont inacceptables se combattent devant la justice. Mais rien ne justifie cette violence.»

L'essayiste de gauche Caroline Fourest a pour sa part répondu au commentaire d'un internaute qui déplorait qu'il n'y ait pas la même empathie médiatique envers Eric Zemmour qu'avec une personnalité de gauche si celle-ci se trouvait «insultée et harcelée» : «On vous rassure, ça arrive très souvent, de la part d’énergumènes nazillons qui ont le même niveau de vocabulaire. Ce crachat est insupportable, et doit retomber sur celui qui le lance. En harcelant de la sorte Eric Zemmour, cet idiot fini s’est craché dessus et nous salit tous.»

L'éditorialiste de gauche Eric Naulleau, compère d'Eric Zemmour sur Paris Première, a exprimé son «soutien inconditionnel et renouvelle [s]on amitié à Eric Zemmour, harcelé et menacé en pleine rue par une lamentable racaille, un sombre crétin dont la bêtise n’a d’égale que la lâcheté».

Editorialiste prolifique sur Twitter, Jean-Michel Aphatie a lui aussi manifesté son soutien : «Il ne peut pas y avoir de "si", de "mais", de glose. Cette agression est condamnable, elle doit être condamnée. Je le fais pour ma part sans réserve.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»