L'ancienne ministre Michèle Barzach entendue dans l'enquête pour viol sur mineur contre Matzneff

- Avec AFP

L'ancienne ministre Michèle Barzach entendue dans l'enquête pour viol sur mineur contre Matzneff© Valery Hache Source: AFP
Gabriel Matzneff se promène le long de la mer Méditerranée à Bordighera, en Italie, le 16 février 2020 (image d'illustration).

Michèle Barzach, gynécologue et ministre de la Santé de 1986 à 1988, a été entendue dans le cadre d'une enquête pour viol sur mineur contre Gabriel Matzneff. L'ancienne ministre a été citée dans un témoignage et dans les écrits de l'auteur.

L'ancienne ministre de la Santé Michèle Barzach, dont le nom avait été évoqué publiquement par une femme ayant eu une relation avec Gabriel Matzneff lorsqu'elle était adolescente, a été entendue par les enquêteurs chargés des investigations visant l'écrivain, a appris le 28 avril l'AFP de source judiciaire.

Michèle Barzach, gynécologue de profession et membre du gouvernement de 1986 à 1988 lorsque Jacques Chirac était Premier ministre, a ainsi été entendue le 2 mars par l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), a précisé cette source, confirmant une information du Monde. Une enquête pour viols sur mineurs vise Gabriel Matzneff depuis la publication en début d'année du roman autobiographique de Vanessa Springora Le Consentement, dans lequel cette éditrice raconte une relation sous emprise avec l'écrivain alors qu'elle était adolescente, à partir de l'âge de 13 ans. Cette publication a provoqué un électrochoc, mettant en lumière le sujet des violences sexuelles envers les mineurs et la complaisance dont Gabriel Matzneff a bénéficié dans le milieu littéraire.

Les enquêteurs ont depuis procédé à «un certain nombre d'auditions», selon une source proche du dossier, mais l'écrivain, qui s'est réfugié en Italie depuis le début de l'affaire, n'a pour sa part pas encore été entendu. Les enquêteurs français se sont toutefois rendus fin février à Bordighera, en Ligurie, pour perquisitionner son hôtel.

Prescription de pilule 

Fin mars, une autre femme, Francesca Gee, était sortie du silence en accordant au New York Times un entretien dans lequel elle revenait sur trois années passées auprès de Gabriel Matzneff, alors qu'elle avait 15 ans et lui 37, dans les années 70. Elle y évoquait alors Michèle Barzach, affirmant l'avoir consultée une demi-douzaine de fois, toujours en compagnie de Gabriel Matzneff, quand elle était mineure, notamment pour se faire prescrire la pilule.

L'écrivain de 83 ans, qui a longtemps revendiqué son attirance pour les «moins de 16 ans» et le tourisme sexuel en Asie, mentionnait lui aussi l'ancienne ministre dans ses écrits. Francesca Gee a également été entendue par les enquêteurs le 21 février, selon la source judiciaire. Sollicitée par l'AFP, Michèle Barzach n'avait pas donné suite le 28 avril en début d'après-midi.

Si les faits concernant Vanessa Springora et Francesca Gee sont prescrits, l'enquête judiciaire vise toutefois à les étayer ainsi qu'à identifier d'autres victimes potentielles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»