Paris : des policiers mettent fin à une danse collective sur une place du XVIIIe arrondissement

Paris : des policiers mettent fin à une danse collective sur une place du XVIIIe arrondissement© Google Maps
La place Constantin-Pecqueur, lieu des faits (image d'illustration).

La scène est survenue dans le XVIIIe arrondissement de Paris : des dizaines de personnes se sont regroupées pour danser dans la rue, malgré le confinement, comme en témoigne une vidéo diffusée sur Twitter. Les forces de l'ordre sont intervenues.

Les forces de l'ordre ont mis fin à un attroupement de Parisiens le 25 avril en début de soirée, place Constantin-Pecqueur. Ils dansaient sur la chanson de Dalida, Laissez-moi danser. La scène s'est déroulée dans le quartier chic de Montmartre, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, et a créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux. Elle a été relayée sur Twitter par le journaliste et scénariste Corentin Chrétien-Droz.

Les faits ont été confirmés par la préfecture de police de Paris : «Les policiers du XVIIIe sont intervenus pour faire cesser la musique diffusée par un résident, ayant engendré le regroupement de nombreuses personnes venues danser dans la rue, au mépris des règles de distanciation sociale», a-t-elle expliqué dans un tweet.

Le disc-jockey, qui officiait dans un appartement, dispose d'un compte Instagram intitulé «discobalcons». A croire l'un de ses écrits sur Instagram, il aurait lui-même été dépassé par son initiative, lancée depuis plusieurs semaines afin de faire danser ses voisins aux balcons. «Malheureusement, il y avait beaucoup trop de monde, les forces de l’ordre ont eu raison d’intervenir. Le rassemblement était indépendant de ma volonté […] À la base, on a initié ça pour faire la fête entre voisins…», a-t-il admis. Dans une autre publication sur Instagram, il dit considérer ne «plus pouvoir refaire ça les samedis soirs [car] trop de monde […] se déplace pour venir sur la place.»

En tout état de cause, de nombreux internautes ont été interloqués face à ces Parisiens prenant avec autant de légèreté les mesures de confinement.

Des syndicats policiers ont également fait entendre leur indignation. Le Syndicat majoritaire des cadres de la sécurité intérieure (SCSI) a déploré le comportement de ces danseurs du samedi : «Alors qu’en France 22 614 personnes ne pourront plus jamais écouter Dalida et que les soignants se battent pour sauver des vies. La police est rapidement intervenue et a fait cesser ce rassemblement. Respectez le confinement ! Restez chez vous !»

Le syndicat du corps de commandement de la police nationale Synergie-Officiers a adopté un ton tranchant : «Ils [les danseurs] s’achèteront une conscience en applaudissant les soignants à 20 heures et dénonceront l’action de la police dans les quartiers populaires… Le bobo ne pense et ne vit que pour lui.»

Confronté au flux de commentaires, l'auteur de la vidéo qui a dévoilé cette scène a voulu nuancer les faits et apporter des détails : «Précision pour nuancer des réponses très violentes. Le XVIIIe [arrondissement] est très confiné. Il s’agissait de 20-30 personnes dansant sous un balcon plus des badauds ébahis… Une minute après mon arrivée, la police a mis fin à la musique avant même que Dalida ait fini de chanter.»

La première phase de «déconfinement» est prévue à partir du 11 mai en France.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»