Les associations d'anciens combattants seront-elles privées de cérémonies du 8 Mai ?

Les associations d'anciens combattants seront-elles privées de cérémonies du 8 Mai ?© Christian Hartmann Source: AFP
Emmanuel Macron aux commémorations du 74e anniversaire de la victoire des Alliés, à l'Arc de Triomphe à Paris, le 8 mai 2019.

Après quelques atermoiements, le gouvernement a opté pour une cérémonie nationale et des dépôts de gerbe en cercle restreint, sans public, en raison de l'épidémie. Mais certaines associations d'anciens combattants comptent bien y assister.

S'il n'y avait pas cette pandémie meurtrière du Covid-19, le monde devait célébrer les 75 ans depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ainsi que la victoire sur l'Allemagne. Les mesures de confinement ont évidemment perturbé les projets de commémoration, en Russie comme en Occident. Pour les associations françaises d'anciens combattants, l'annonce le 17 avril de l'annulation, dans les départements, des cérémonies marquant le 75e anniversaire de la victoire sur le nazisme, en raison du confinement, est tombée comme un couperet.

«Quand j'ai entendu que le gouvernement mettait toutes les journées commémoratives sur le même plan, en les annulant toutes, j'ai pensé on arrête tout, halte là !», s'insurge Serge Barcellini, contrôleur général des Armées, et président de l'association Souvenir français, interviewé par RT France. «S'il ne faut garder que trois cérémonies dans l'année à tout prix, il faut retenir le 14 Juillet, le 11 Novembre et le 8 Mai. Il s'agit pour cette dernière de la mémoire combattante, de la victoire sur le nazisme, de la naissance de l'Europe... Les autres cérémonies sont importantes mais pas fondamentales», estime-t-il.

S'il ne faut garder que trois cérémonies dans l'année à tout prix, il faut retenir le 14 Juillet, le 11 Novembre et le 8 Mai.

Après le tollé déclenché par certaines associations et députés de droite comme Philippe Gosselin ou le sénateur Bruno Retailleau (tous deux Les Républicains), la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, a déclaré le 20 avril qu'«à [sa] connaissance, les cérémonies [étaient] maintenues» mais en petit comité. Le même jour, l'Association des maires de France (AMF) a également décidé d'inviter les édiles à déposer une gerbe au monument aux morts de leur commune.

Depuis la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, a précisé les modalités le 20 avril. Une cérémonie, présidée par le président de la République, aura lieu à Paris, à l’Arc de triomphe, en présence d’un nombre restreint d’autorités civiles et militaires. Dans les départements, préfets et hauts-commissaires organiseront une cérémonie au monument aux morts de la commune chef-lieu. Dans les communes, les maires pourront organiser un dépôt de gerbe au monument aux morts. Ces deux types de commémorations, en comité restreint, ne seront pas ouvertes au public. De plus, les Français qui le souhaitent sont invités à pavoiser leur balcon aux couleurs nationales.

Pour Dominique Lépine, le président de l'Union fédérale des associations d'anciens combattants (UFAC), créée en 1917, la cause est entendue. «C’est très difficile pour le gouvernement, qui est aussi en charge de la santé publique. Il est risqué de réunir du public en ces temps d'épidémie. C’est pourquoi j'ai réagi en disant : "Pas de polémique!"», explique-t-il à RT France. Toutefois, il note qu'une petite marge de manœuvre est laissée aux figures qui défendent la mémoire des soldats tombés pour la France : «On est tenu de respecter les directives des élus locaux. Si le maire invite le président d'une association au dépôt de gerbe, il pourra choisir de s'y rendre. Et les présidents peuvent s'exprimer, cela n'engage qu'eux !»

L'Offensive des associations d'anciens combattants

En effet, dans certaines associations, les responsables sont à pied d’œuvre pour ne pas être évincés des commémorations. «Nous voulons être présents ! Le 8 Mai, c'est aussi l'affaire des associations !», clame Patrick Staat, secrétaire général de l’Association républicaine des anciens combattants et victimes de guerre (ARAC), auprès de RT France.

Nous sommes 12 grandes associations nationales. 12 personnes sous le drapeau : on n’est pas prêts de se postillonner dessus !

Cette organisation fondée en 1917, réunissant des combattants de gauche, s'est donnée pour mission d'honorer les soldats, de lutter contre le fascisme et de cultiver la mémoire de l'histoire. Patrick Staat déplore les consignes brinquebalantes du gouvernement au sujet du 8 Mai. «Même dans le contexte actuel, on peut faire mieux tout en respectant la sécurité de chacun. Alors nous avons écrit à la secrétaire d'Etat aux Anciens combattants pour assister aux cérémonies nationales. Les mesures barrières n’empêchent pas qu’un de nos délégués soit présent. Nous sommes 12 grandes associations nationales. 12 personnes sous le drapeau : on n’est pas prêts de se postillonner dessus ! Elle peut refuser, mais on mènera la même pression au niveau des villes», poursuit-il. Certains représentants ont annoncé des commémorations locales.

Serge Barcellini et le Souvenir français comptent bien également faire flotter le drapeau tricolore lors des commémorations.

«Puisque les maires vont déposer une gerbe et auront besoin de porte-drapeaux, j'ai demandé que les représentants du Souvenir français soit mobilisés. J'ai dit à nos 102 délégués généraux, et aux 1600 présidents de comité de contacter les maires de leur secteur. Nous avons déjà obtenu quelques réponses : ils auront le Souvenir français à leurs côtés !», assure cette figure des Anciens combattants.

De l'importance de marquer le 8 Mai

Les associations rappellent l'importance de la date de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie. «Nous ne voulons pas laisser cette commémoration aux seules mains du gouvernement», explique-t-il. «Nous considérons que c’est un événement important, à l'heure de l'émergence de groupes néo-nazis en Europe, et de la perte de souveraineté des peuples, de remettre en lumière le rôle primordial qu’ont joué les Etats-Unis, l'Angleterre, le Canada et l’Union soviétique, ainsi que celui de la Résistance», poursuit Patrick Staat, le secrétaire général de l'ARAC.

Serge Barcellini, le président du Souvenir français rappelle l'histoire compliquée des célébrations du 8 Mai, interrompues sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, tandis que le jour férié a été supprimé de 1959 à 1981. «Je rappelle que le 8 mai 1945, nous sommes sortis du nazisme, et le 9 mai a été créée l'Europe. Il faut veiller à ce que la période actuelle ne fasse pas disparaitre le socle du vivre ensemble, le 8 Mai en est une des composantes», conclut-il.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»