Après le flou et la polémique, le gouvernement tranche sur les commémorations du 8-Mai

Après le flou et la polémique, le gouvernement tranche sur les commémorations du 8-Mai© Martin BUREAU / AFP / POOL Source: AFP
Emmanuel Macron à l'Arc de triomphe pour les célébrations du 8 mai 2019.

Le gouvernement avait suscité la polémique en évoquant l'annulation des cérémonies locales du 8-Mai dans le contexte du confinement lié au Covid-19. Au terme d'une communication floue, l'exécutif a annoncé la tenue de commémorations en petit comité.

Ce 20 avril au soir, le gouvernement a finalement tranché, alors que l'incertitude demeurait quant à la tenue des commémorations du 8-Mai, en pleine période de confinement. Après avoir annoncé l'annulation, dans les départements, des cérémonies marquant le 75e anniversaire de la victoire sur le nazisme, le ministère des Armées a finalement annoncé que des cérémonies fermées au public pourraient avoir lieu.

«Dans l'ensemble des départements ainsi que dans les territoires d'outre-mer, les préfets et hauts-commissaires organiseront une cérémonie au monument aux morts de la commune chef-lieu dans un format restreint et en respectant strictement les mesures de distanciation», détaille le communiqué de la secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq. 

Deux jours auparavant, la même Geneviève Darrieussecq tentait de couper court à la controverse en affirmant : «Non, nous n'annulons pas le 8-Mai. Pas de polémique inutile.» Des élus de droite s'étaient en effet insurgés face à une possible annulation des célébrations locales de la victoire sur le nazisme. Parmi eux, le député LR Philippe Gosselin et le sénateur LR Bruno Retailleau, qui avait demandé sur Twitter au président de «revenir sur cette annulation». 

«Il y aura une cérémonie nationale à cette date. Le format sera seulement adapté aux circonstances», tentait de rassurer le 18 avril la secrétaire d'Etat. Une position qu'elle confirme dans son communiqué du 20 avril : «Une cérémonie, présidée par le président de la République, aura lieu le matin à Paris, à l'Arc de triomphe, en présence d'un nombre restreint d'autorités civiles et militaires [et] sera retransmise en direct à la télévision.»

Le 17 avril, pourtant, cette dernière avait annoncé devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale que les commémorations étaient «annulées dans chaque département» car «il n'est pas question de créer des regroupements composés bien souvent majoritairement d'anciens combattants et de porte-drapeaux».

Les propos de Geneviève Darrieussecq avaient été accueillis de façon mitigée par les associations mémorielles et d'anciens combattants. 

Le 8-Mai, ce sont des personnes âgées qui se rassemblent

«Par sagesse, il faut éviter ces rassemblements. Le 8-Mai, ce sont des personnes âgées qui se rassemblent. Il n'y a pas lieu de polémiquer, l'aspect mémoriel doit s'effacer devant l'aspect santé publique», a ainsi déclaré à l'AFP Dominique Lépine, président de l'Union française des associations de combattants et victimes de guerre (UFAC). 

«Le 8-Mai, nous y tenons, c'est la victoire sur le nazisme et c'est ce qui a permis la création de l'Europe. Au minimum, il faut que la cérémonie nationale soit relayée par les préfets dans les chefs-lieux, en maintenant les gestes barrières», a réagi le président de l'association Souvenir Français, Serge Barcellini, auprès de l'AFP, en soulignant la «sensibilité très forte autour du 8-Mai».

Au minimum, il faut que la cérémonie nationale soit relayée par les préfets dans les chefs-lieux

Interrogé par Le Parisien le 19 avril, l'Elysée avait fini par ouvrir la porte à des célébrations locales, assurant que les préfets pourraient déposer une gerbe dans les chefs-lieux. Une mesure que la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a défendu elle aussi : «Le maire et le préfet pourraient tout de même aller déposer au monument aux morts de la commune une gerbe», a-t-elle déclaré sur France 3 le 19 avril. 

«Il y aura une cérémonie nationale en présence du président, le 8-Mai sera commémoré [...] Pour le reste, ce n'est pas encore décidé, les modalités seront fixées en fonction de la situation sanitaire», avait encore déclaré Agathe Rosa, la porte-parole de Geneviève Darrieussecq, dans l'après-midi du 20 avril. 

Quant à la porte-parole de l'exécutif, Sibeth Ndiaye, elle avait fait savoir le même jour qu'«à [sa] connaissance, elles [les cérémonies] seront maintenues». «Il faut toujours que la sécurité médicale prime et donc il faudra, si ces cérémonies s'organisent, qu'il y ait le respect des gestes barrières des distances, de protection, etc.», a-t-elle souligné sur France info.

Mais devant l'incertitude sur le format exact de ces cérémonies, l'eurodéputé Rassemblement national Gilles Lebreton estimait sur Twitter : «Encore un raté de Macron : il annule les commémorations du 8-Mai, alors qu'il serait possible de les organiser partout dans le respect de la sécurité sanitaire».

L'AMF demande un dépôt de gerbe au pied de chaque monument 

L'Association des maires de France a demandé pour sa part dans un communiqué à chaque maire de déposer seul une gerbe au pied du monument commémoratif de la commune «sans rassemblement ni autre manifestation publique», simplement en compagnie d'un porte-drapeau. 

«Sans méconnaître les nécessaires mesures de précaution qui s'imposent à tous et auxquelles les maires apportent leur concours le plus actif, il serait contraire au respect dû à la mémoire des combattants et des victimes de cette guerre que chaque commune de France ne puisse s’associer à cet hommage», a écrit l'AMF.

Le texte propose en outre que les habitants puissent «être invités à observer au même moment une minute de silence depuis leur domicile et, dans la mesure de leurs moyens, à le pavoiser». 

La proposition a connu un écho favorable à droite : le président du parti Les Républicains a apporté son soutien à la démarche pour un hommage aux morts «dans le respect de la sécurité sanitaire». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»