Face à la crise sanitaire, ONG et syndicats exigent du gouvernement des mesures inédites

- Avec AFP

Face à la crise sanitaire, ONG et syndicats exigent du gouvernement des mesures inédites© FRANCOIS GUILLOT/LIONEL BONAVENTURE/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN Source: AFP
Philippe Martinez, Cécile Duflot et Jean-François Julliard (montage d'illustration)

La CGT, la FSU, Oxfam ou encore Greenpeace ont lancé ce 7 avril une pétition pour exiger du gouvernement des mesures répondant à la crise sanitaire. Elle met en valeur le développement des services publics et la redistribution des richesses.

Les pétitions fleurissent en France en ces temps de crise sanitaire du Covid-19. Après le succès de celle lancée par l'ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy le 3 avril dernier en faveur de la chloroquine, c'est au tour de syndicats et associations d'en proposer une, sur les mesures publiques qu'il conviendrait d'adopter.

Cette nouvelle pétition a été signée par les responsables de la CGT (Philippe Martinez), de la FSU (Benoît Teste), de Greenpeace France (Jean-François Julliard), de la Confédération paysanne (Nicolas Girod) et d'Oxfam France (Cécile Duflot).

A court terme, ces pétitionnaires réclament l'arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l'épidémie, la réquisition des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l'urgence masques et respirateurs notamment, la suspension immédiate des versements de dividendes, le rachat d'actions et bonus aux PDG, et le ciblage des 750 milliards d'euros injectés par la Banque centrale Européenne vers les besoins sociaux et écologiques des populations.

A long terme, développement des services publics et redistribution des richesses 

Dans un temps plus long, les associations et syndicats signataires de la pétition demandent : un plan de développement de tous les services publics ; une fiscalité «bien plus juste et redistributive» assortie d'un impôt sur les grandes fortunes ; une taxe sur les transactions financières renforcée et une «véritable» lutte contre l'évasion fiscale ; enfin, un plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l'agriculture, de l'industrie et des services.

Elle est disponible sur les sites des organisations signataires : Action non-violente COP 21, Alternatiba, les Amis de la terre France, Attac France, CCFD terre solidaire, Confédération paysanne, CGT, Convergence nationale des services publics, Fédération syndicale unitaire (FSU), Fondation Copernic, Greenpeace France, Oxfam France, Reclaim Finance, Union syndicale solidaires, 350.org.

Fin mars, elles ont été à l'origine d'une tribune intitulée «Plus jamais ça – construisons ensemble le jour d'après», qui appelait déjà à «reconstruire un futur écologique, féministe et social, en rupture avec les politiques menées jusque-là et le désordre néolibéral».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»