«Clemenceau dans les tranchées»: l'Elysée défend les sorties publiques sans masque de Macron

«Clemenceau dans les tranchées»: l'Elysée défend les sorties publiques sans masque de Macron© Ludovic Marin Source: AFP
Emmanuel Macron salue des citoyens après avoir voté le 15 mars.

Rapportée par un journaliste de CNews, la communication de l'Elysée sur les déplacements sans protection du président en pleine crise du coronavirus, a interloqué les deux médecins invités à l'antenne. En cause : un parallèle historique audacieux.

«Il va falloir vous habituer à voir le président de la République au contact sur le terrain : C’est Clemenceau dans les tranchées» : telle est la réponse de l'Elysée à ceux qui s'inquiètent de voir Emmanuel Macron ne portant pas de masque lors de ses apparitions publiques, comme l'a rapporté ce 23 mars Loïc Signor, journaliste de CNews en charge de l'Elysée, lors de l'émission Punchline, présentée par Laurence Ferrari.

C'est pas les tranchées, c'est pas 1914, c'est un autre combat

Des propos suivis d'un court silence sur le plateau télévisé. De fait, la circonspection était perceptible chez les deux invités, que ce soit Gilbert Deray, chef du service néphrologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, comme le docteur Jérôme Marty, patron de l’union française pour une médecine libre (UFML). «C'est hallucinant», finit par réagir l'un d'entre eux. Et le second de renchérir : «C'est dommage [...] il ne faut pas que certains se croient invincibles face au coronavirus d'une part parce que l'on ne l'est pas. Deuxièmement, il y a un exemple à donner. Troisièmement, si on se contamine, on contamine. C'est pas les tranchées, c'est pas 1914, c'est un autre combat.»

Isolée, la scène a rapidement été diffusée sur les réseaux sociaux. «Les sacrifiés de 14/18 apprécieront la référence», a par exemple commenté un premier internaute. 

Alors que la pandémie continue de faire rage de part et d'autre du globe, trois médecins français sont décédés des suites d'une contamination au Sars-cov-2, et des centaines d'autres soignants ont également été testés positifs sur le territoire. Selon un décompte du 23 mars, 345 cas ont été recensés en Ile-de-France et 238 rien qu'au CHU de Strasbourg.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»