Vague verte au premier tour des élections municipales

Vague verte au premier tour des élections municipales© Olivier CHASSIGNOLE Source: AFP
Grégory Doucet, candidat d'EELV arrive au bureau de vote le 15 mars 2020 à Lyon (image d'illustration).

A Lyon, Strasbourg ou encore Grenoble, les candidats écologistes se mettent en position d'être élus, parfois loin devant des maires sortants historiques. Yannick Jadot appelle à maintenir ces bons résultats.

Les candidats d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) arrivent en tête dans plusieurs grandes villes, à l'issue du premier tour des élections municipales et intercommunales.

A Lyon et à Strasbourg, les candidats EELV l'emportent en solitaire, tandis qu'à Grenoble, Besançon, Bordeaux et Tours, l'union des gauches leur est très favorable.

A Grenoble, le maire sortant, Eric Piolle (EELV, LFI, PCF) aurait largement remporté le scrutin avec 44% des voix.

A Lyon, les listes dirigées par le candidat EELV Grégory Doucet sont en première position du premier tour avec plus de 28%.

A Strasbourg (Bas-Rhin), la candidature EELV de Jeanne Barseghian fait un très beau score avec 27,78% des voix. Pour l'emporter, elle devra éventuellement compter sur une alliance avec le parti socialiste.

A Besançon (Doubs), EELV arrive également en tête à 31,2% avec la candidature d'Anne Vignot.

A Bordeaux (Gironde) les électeurs ont mis coude à coude le successeur LR d'Alain Juppé et le candidat EELV Pierre Hurmic à plus de 34,5% des voix tous les deux. Seules 96 voix les départageraient. Les candidats LREM (Thomas Cazenave) et NPA (l'ancien candidat à l'élection présidentielle, Philippe Poutou) se qualifient tout de même pour le deuxième tour.

A Tours, c'est Emmanuel Denis, le candidat EELV, qui s'impose avec 35,4% des voix, loin devant le maire sortant, Christophe Bouchet (tête de liste centriste/LR) qui remporte seulement 25,6% des voix.

Le chef de file du mouvement EELV, Yannick Jadot, appelait ce 16 mars au micro de France inter à maintenir ces bons résultats pour son parti politique, mais à reporter le second tour des élections en raison de l'épidémie de Covid-19. Il déclarait notamment : «Un Français sur deux s'est déplacé dans ces conditions exceptionnelles, revenir sur ce premier tour serait du mépris.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»