Municipales : un taux d'abstention record pour le premier tour, sur fond de coronavirus

Municipales : un taux d'abstention record pour le premier tour, sur fond de coronavirus© REUTERS/Gonzalo Fuentes
en continu
Votant à Paris, le 15 mars 2020.

Dans une France à l'arrêt pour tenter de lutter contre la pandémie de Covid-19, les bureaux de vote étaient ouverts pour le premier tour des élections municipales. Le scrutin a été marqué par une abstention record.

Mise à jour automatique
  • A Lyon, Strasbourg ou encore Grenoble, les candidats écologistes se mettent en position d'être élus. Yannick Jadot appelle à maintenir ces bons résultats.

  • Evoquant la crise du coronavirus, l'équipe d'Agnès Buzyn annonce que la candidate investie par La République en marche après le retrait de Benjamin Griveaux, «arrête» sa campagne pour les municipales à Paris (où elle est arrivée en troisième position au premier tour). L'ancienne ministre appelle en outre tous les colistiers et militants de son parti à «rester chez eux», selon l'AFP.

    «Compte tenu de l'aggravation rapide de la situation sanitaire et de la situation dans les hôpitaux, j'arrête la campagne du deuxième tour», écrit dans une lettre Agnès Buzyn. «Elle arrête sa campagne, ça ne veut pas dire qu'elle retire sa candidature», a nuancé son entourage. 

  • Dans un article publié ce 16 mars, le quotidien Le Parisien met en avant une carte présentant les taux d'abstention lors du premier tour des élections municipales 2020 à Paris, par arrondissement. 

    Tout d'abord, un Parisien sur deux ne s'est pas déplacé pour aller voter. Ensuite, les habitants des arrondissements périphériques se sont bien plus abstenus que ceux des arrondissements centraux. En effet, le XIXe arrondissement de la capitale, avec avec 63,6%, présente le taux d'abstention le plus élevé. En revanche, le Ve arrondissement de Paris affiche le plus faible taux d'abstention avec 52,7%.

  • La candidate écologiste Jeanne Barseghian (EELV) a pris le large le 15 mars à l'issue du premier tour des municipales à Strasbourg, devançant de 8 points le Marcheur Alain Fontanel, longtemps considéré comme le grand favori de ce scrutin.

    «C'est un très beau score pour l'écologie à Strasbourg», a déclaré à l'AFP la juriste de 39 ans, qui partait avec un fort handicap de notoriété, soulignant toutefois que cette élection s'était déroulée dans un contexte de «grave» crise sanitaire. 

    Avec 27,87%, Jeanne Barseghian (EELV) devance ainsi largement Alain Fontanel (LREM, 19,86%), au coude-à-coude avec Catherine Trautmann (PS, 19,77%), tous deux étant suivis de près par la liste LR de Jean-Luc Vetter (18,26%).

    Quant à la liste du RN, emmenée par Hombeline du Parc, elle est loin d'être en mesure de se qualifier pour le second tour avec 6,27% des suffrages, loin aussi du score du FN au premier tour des municipales de 2014 (10,94%).

  • «Plus de deux parisiens sur trois ont exprimé aujourd'hui un souhait de changement», a déclaré le 15 mars Agnès Buzyn, la candidate LREM à la mairie de Paris, arrivée troisième du premier tour des municipales avec 17 à 18% des voix, selon les estimations.

    «Paris est à la croisée des chemins, nous le sentons tous», a déclaré la représentante de la majorité présidentielle. Et de continuer : «Pour répondre à ce désir de changement, je tends la main à ceux qui partagent les mêmes objectifs. Ce qui nous rassemble est tellement plus important que ce qui nous divise.»

    Selon les premières estimations, la maire sortante socialiste Anne Hidalgo, arriverait largement en tête du premier tour à Paris avec 30% des intentions de vote. La candidate LR Rachida Dati serait deuxième (22%), Agnès Buzyn troisième. Suivraient l'écologiste David Belliard (entre 11 et 12%) et le candidat dissident En Marche, Cédric Villani (entre 6,7 et 8%).

  • «Une erreur a été commise et il convient de la réparer» : le maire sortant de Lyon Gérard Collomb (LREM) a pris acte le 15 mars au soir de «la poussée» écologiste aux municipales, tout en attribuant le score décevant de son camp aux divisions au sein d'En Marche.

    En effet, selon des estimations encore provisoires le 15 mars au soir, l'écologiste Grégory Doucet, un novice en politique, arrive en tête à Lyon (avec 28,3% des voix) devant Etienne Blanc (LR, 16,5%) et le candidat de Gérard Collomb, Yann Cucherat (LREM, 14,8%).

  • Le maire sortant de Bordeaux, Nicolas Florian (LR), est arrivé de justesse en tête du premier tour des élections municipales, avec 34,56% des voix, devant l'écologiste Pierre Hurmic (34,38%), selon des résultats définitifs communiqués par la mairie. 

  • Robert Ménard (soutenu par le RN) a été réélu au premier tour à Béziers avec 68,7% des voix selon la préfecture. 

  • À Bordeaux: le maire sortant Nicolas Florian (LR) affirme être en tête du 1er tour. «L'équipe et la liste que je mène est en tête au soir du premier tour», a-t-il déclaré. Des estimations mettaient précédemment l'écologiste Pierre Hurmic (EELV) devant lui. 

  • À Toulouse le maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR-LREM) est élu avec 36,18% des voies devant Antoine Maurice (EELV, 27,56%) et Nadia Pellefigue (PS, 18,53%).

Découvrir plus

Les bureaux de vote ont ouvert dans toute la France métropolitaine pour le premier tour du scrutin municipal qui se tient ce 15 mars, alors que le pays est paralysé à cause du coronavirus.

Et pour cause, le 14 mars, le Premier ministre, Edouard Philippe, a ordonné la fermeture à partir de minuit de tous les «lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays», générant une certaine anxiété dans la population en raison de cette situation de crise sans précédent. Pourtant, quelques jours plus tôt, Emmanuel Macron faisait savoir que les élections municipales ne seraient pas reportées (malgré certains appels en ce sens), mesure qui avait un temps été envisagée par l'exécutif.

Au moment où le Premier ministre demandait «calme» et «civisme» aux Français, de nombreux maires faisaient part, le 14 mars au soir, de démissions en masse des assesseurs prévus pour le scrutin. En théorie, les édiles ont cependant la faculté de réquisitionner des conseillers municipaux pour assurer la régularité des opérations électorales.

Quelque 47,7 millions d'électeurs, dont 330 000 ressortissants de l'Union européenne, sont appelés aux urnes pour ce premier tour de scrutin. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»