Affaire Karachi : Edouard Balladur sera jugé par la CJR pour le financement de sa campagne de 1995

- Avec AFP

Affaire Karachi : Edouard Balladur sera jugé par la CJR pour le financement de sa campagne de 1995© Joel Saget Source: AFP
L'ancien Premier ministre Edouard Balladur, le 4 juin 2018, à Paris (image d'illustration).

Edouard Balladur comparaîtra bien devant la Cour de justice de la République pour des soupçons de financement occulte lors de la campagne présidentielle de 1995, ses deux derniers recours ayant été rejetés par la Cour de cassation.

25 ans après les faits, l'ancien candidat à la présidentielle de 1995 Edouard Balladur devra comparaître devant la Cour de justice de la République (CJR) pour des soupçons de financement occulte de sa campagne, après le rejet de ses derniers recours par la Cour de cassation. L’ancien Premier ministre, âgé de 90 ans, sera jugé pour «complicité d'abus de bien sociaux» et «recel» de ces délits dans le volet financier gouvernemental de l'affaire Karachi. Son ancien ministre de la Défense, François Léotard, doit lui aussi être jugé pour «complicité d'abus de biens sociaux».

L'affaire Karachi doit son nom à l'attentat du 8 mai 2002 qui avait fait quinze morts, dont onze employés français de la Direction des chantiers navals (ex-DCN) qui travaillaient à la construction d'un des sous-marins Agosta vendus au Pakistan. L'enquête antiterroriste a exploré depuis 2009 la thèse – non confirmée – des représailles à la décision de Jacques Chirac, tombeur d’Édouard Balladur à la présidentielle 1995, d'arrêter le versement de commissions dans ces contrats après son élection.

En creusant cette hypothèse, les magistrats ont acquis la conviction que les comptes de campagne de l'ancien ministre, pourtant validés par le Conseil constitutionnel, avaient été en partie financés via un système de rétro-commissions illégales, estimées à plusieurs millions d'euros, sur des ventes de sous-marins au Pakistan (Agosta) et de frégates à l'Arabie Saoudite (Sawari II), lorsqu'il était au gouvernement entre 1993 et 1995.

Plusieurs protagonistes, dont Thierry Gaubert (ancien membre du cabinet du ministre du Budget de l'époque, Nicolas Sarkozy) et Nicolas Bazire, alors directeur de la campagne balladurienne, ainsi que l'intermédiaire controversé Ziad Takieddine, ont été jugés devant le tribunal correctionnel de Paris en octobre pour ces mêmes faits. Des peines de 18 mois à sept ans de prison ferme y ont été requises. Le jugement sera rendu le 22 avril.

Edouard Balladur n’avait, selon lui, pas «les moyens de tout contrôler»

Le cas des deux ministres avait été disjoint en 2014 et confié à la CJR, seule instance habilitée à juger des membres du gouvernement pour des faits commis dans l'exercice de leurs fonctions. Contestée, son existence pourrait être remise en cause dans une prochaine réforme constitutionnelle. Dans l'arrêt du 30 septembre 2019, la Cour de justice de la République avait ordonné un procès pour Edouard Balladur et François Léotard : elle soupçonne le premier d'avoir pu financer sa campagne électorale de 1995, notamment grâce à des espèces susceptibles de provenir de rétro-commissions sur ces marchés. La somme avoisine les 10 millions de francs.

Entendu à cinq reprises par les juges d'instruction dans ce dossier, l’ancien député de Paris a assuré qu'il n'était «informé de rien sur l'existence de commissions, de rétro-commissions». «Je n'avais pas les moyens de tout contrôler», a-t-il plaidé. Lors d'une Assemblée plénière de la Cour de cassation, le 28 février, les avocats d’Edouard Balladur, Maîtres Patrick Spinosi et François Sureau, ont contesté par quatre moyens ce renvoi en procès devant la formation de jugement de la CJR. Leurs griefs portaient sur la compétence des juges instructeurs, l'indépendance de la commission d'instruction de la CJR, l'ampleur des charges pesant sur leur client ou encore la question de la prescription des faits.

Nous avons toujours soutenu que les délits reprochés aux différents protagonistes du volet financier de l'affaire de Karachi n'étaient pas prescrits.

La Cour de cassation a suivi l'avis du parquet général qui avait demandé le rejet des pourvois. «La Cour de cassation s'est prononcée sur des questions procédurales, et on démontrera le mal-fondé de ces accusations devant la CJR» lors du procès, a réagi l'un des avocats d’Edouard Balladur, Maître Félix de Belloy, contacté par l'AFP.

Olivier Morice, avocat des familles de victimes de l'attentat de Karachi, a lui qualifié cette décision d'«extrêmement importante». «Nous nous en félicitons car nous avons toujours soutenu que les délits reprochés aux différents protagonistes du volet financier de l'affaire de Karachi n'étaient pas prescrits», a-t-il ajouté, confiant que cet arrêt «aura une incidence dans la décision qui sera rendue prochainement par le tribunal correctionnel de Paris à l'encontre de Nicolas Bazire, Renaud Donnedieu de Vabres et Ziad Takieddine».

Lire aussi : Financement libyen supposé : un proche de Sarkozy soupçonné d'avoir perçu 440 000 euros en 2006

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»