Pascal Praud menacé de mort dans un morceau de rap ? Le parquet de Paris ouvre une enquête

- Avec AFP

Pascal Praud menacé de mort dans un morceau de rap ? Le parquet de Paris ouvre une enquête© François Guillot / KENZO TRIBOUILLARD / Xavier Leoty Source: AFP
Les rappeurs Nekfeu et Sneazzy entourent le journaliste Pascal Praud (images d'illustration).

Après les propos menaçants proférés contre Pascal Praud dans un morceau de rap de Sneazzy et Nekfeu, une enquête, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne, a été ouverte pour «provocation à la commission d'un crime».

Une enquête a bien été ouverte pour «provocation à la commission d'un crime» après un morceau de rap de Sneazzy et Nekfeu évoquant le journaliste de Cnews et RTL Pascal Praud, selon l'AFP qui cite le parquet de Paris. L'enquête, révélée par L'Express, a été ouverte le 7 mars du chef de «provocation non suivie d'effet à la commission d'un crime ou d'un délit par moyen de communication au public par voie électronique» et confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

En cause, le morceau «Zéro détail» co-signé par Sneazzy et Nekfeu, dans lequel il est notamment dit : «Les journalistes salissent l'islam sont amateurs comme Pascal Praud / Ça mérite une balle dans le cervelet / Le canon au fond de la bouche / J'suis musulman et fier de l'être / On va jamais m'traîner dans la boue.»

Dans un communiqué publié le 9 mars sur son compte Twitter, Sneazzy, ex-membre du groupe 1995, s'est dit «seul auteur» des paroles de ce morceau qu'il co-signe avec Nekfeu, l'un des rappeurs les plus populaires en France.

Sneazzy s'est également dit «stupéfait» de voir ces paroles «mal comprises» et «sorties de leur contexte» car, d'après lui, les termes de «balle dans la tête» et de «canon dans la bouche» sont des «métaphores» des pressions qui pèseraient sur les musulmans qu'on voudrait «faire taire». Le rappeur a affirmé n'avoir «en aucun cas, voulu attiser la haine ni proférer des menaces envers Pascal Praud», journaliste régulièrement critiqué pour la virulence des débats dans ses émissions qui portent parfois sur la place de l'islam en France.

Pascal Praud a adressé le 8 mars un tweet de remerciements après des messages de soutiens, mais a renvoyé vers la chaîne Cnews concernant la question d'une plainte. 

La direction de la communication de la chaîne d'informations en continu a indiqué à l'AFP que «selon toute vraisemblance, il ne portera pas plainte». La société des journalistes de RTL a, elle, dénoncé dans un tweet des «paroles infectes» de Sneazzy visant Pascal Praud «et plus largement la profession de journaliste». 

Les paroles de ce morceau des rappeurs Sneazzy et Nekfeu avaient attisé l'ire de la classe politique, principalement de droite, et de nombreux journalistes qui ont apporté leur soutien au journaliste de Cnews et RTL.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»