Terrorisme en France : jusqu’à six membres de la cellule Kouachi-Coulibaly courent toujours

( REUTERS/Charles Platiau) Source: Reuters
( REUTERS/Charles Platiau)

Les autorités françaises scrutent la région parisienne à la recherche d’une voiture associée aux terroristes responsables des dernières attaques dans la capitale française, ont fait savoir des sources policières à l’AFP.

Un des terroristes présumés a été aperçu au volant d’une Mini Cooper enregistrée au nom de Hayat Boumeddiene, 26 ans, ancienne compagne et complice d’Amedy Coulibaly.

Le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu a confirmé lundi que Boumeddiene était passée par la Turquie pour gagner la Syrie. Selon l’agence Anadolu Agency, elle aurait franchi la frontière syrienne le 8 janvier. Elle était arrivée en Turquie de Madrid il y a presque une semaine et avait logé à l’hôtel à Istamboul.

Le compagnon de Boumeddiene Amedy Coulibaly était soupçonné d’avoir tiré le coup de feu mortel sur une policière municipale la semaine précédente à Montrouge en banlieue parisienne. Il a ensuite participé à la prise d’otages dans l'hyper casher. Lui et quatre de ses otages ont trouvé la mort dans l’opération policière qui a suivi.

La police a découvert que Boumeddiene était également liée à Cherif et Saïd Kouachi, eux-mêmes responsables de l’attaque contre la rédaction du magazine satirique Charlie Hebdo jeudi dernier à Paris à laquelle douze personnes dont dix employés et deux policiers n’ont pas survécu.

Source: AFP/la Police nationale Source: AFP
Source: AFP/la Police nationale

Les trois terroristes susmentionnés auraient été en contact et préparés à des «opérations synchronisées» en France. Dans une interview enregistrée pour la télévision avant les événements, Coulibaly a declaré qu’il collaborait avec les frères Kouachi qui, à leur tour, ont avoué être liés à une branche yéménite d’Al-Qaïda.

«Non seulement la menace est toujours présente et n'est pas uniquement liée aux actes de la semaine dernière ; des risques sérieux et très élevés demeurent.» Premier ministre français Manuel Valls

Une chasse à l’homme internationale est en cours pour trouver Hayat Boumeddiene ainsi que les autres suspects. Le Premier ministre Manuel Valls a dit qu’il fallait agir d’urgence parce que «la menace est toujours présente».

«Le travail de la justice et des enquêteurs se poursuit. Nous considérons qu'il y a effectivement probablement d'éventuels complices», a dit Valls sur RMC et BFMTV.

Pour assurer la sécurité des sites les plus sensibles, à savoir les quartiers et des écoles juives, la France a déployé un contingent militaire supplémentaire de quelques dix mille soldats.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales