Echec des motions de censure, la réforme des retraites adoptée à l'Assemblée nationale

Echec des motions de censure, la réforme des retraites adoptée à l'Assemblée nationale© Ludovic Marin Source: AFP
Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale (image d'illustration).

Après l'échec de la motion de droite, celle déposée par la gauche a également fait chou blanc. Après ces deux tentatives infructueuses, l'hémicycle adopte ainsi en première lecture le projet de réforme des retraites, selon la procédure du 49.3.

Le président de l'Assemblée Richard Ferrand a annoncé que la motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement avait été rejetée dans la nuit du 3 au 4 mars, la proposition n'ayant recueilli que 91 voix, largement en dessous du seuil de 289, nécessaire pour renverser le gouvernement d'Edouard Philippe. Quelques heures plus tôt, une telle motion avait été déposée par la droite, recueillant pour sa part 148 voix.

«Est considéré comme adopté le projet de loi instituant un système universel de retraites», a déclaré Richard Ferrand sous les applaudissement des députés de la majorité.

En vertu de l'article 49.3 de la Constitution, le projet de loi sur la réforme des retraites a donc été adopté en première lecture par l'Assemblée nationale, près de trois mois après le début d'une mobilisation nationale interprofessionnelle contre la réforme portée par le gouvernement.

Défendant la motion commune PCF-LFI-PS, le communiste André Chassaigne avait dans l'après-midi fustigé un «désastre démocratique», après le recours à l'arme «funeste» du 49.3. «Vous avez fracturé le pays», avait renchéri la députée socialiste Valérie Rabault, tandis que Jean-Luc Mélenchon (LFI) dénonçait un 49.3 «décidé sournoisement», promettant la poursuite d'une «guérilla populaire et parlementaire, pacifique». Les députés RN avaient prévu de voter la motion de gauche, de même qu'une majorité du groupe Libertés et territoires.

La députée apparentée LREM Albane Gaillot, qui s'était mise en retrait du groupe majoritaire en septembre 2019, s'est également prononcée pour. «Mon vote n’est pas un vote de censure ou de sanction du gouvernement, il est un vote contre le 49.3», a-t-elle précisé dans un communiqué cité par l'AFP.

Les élus LR n'ont pas joint leurs voix à celles de la gauche, ne voulant «pas de confusion avec ceux qui sont dans le blocage, l'obstruction et le déni de réalité», selon les mots de leur chef de file Damien Abad.

En route pour la navette 

Le texte doit désormais partir au Sénat, qui doit l'examiner au mois d'avril, en vue d'une adoption définitive d'ici l'été 2020. Le processus désigne la transmission et l'examen successif d'un projet ou d'une proposition de loi, par l'Assemblée nationale et le Sénat, en vue d'aboutir à une adoption dans des termes identiques par les deux chambres dans le cadre de la Procédure législative.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»