Jeter ses outils de travail : un moyen d'expression qui fait florès chez les manifestants (VIDEOS)

Jeter ses outils de travail : un moyen d'expression qui fait florès chez les manifestants (VIDEOS)© GEORGES GOBET Source: AFP
images
Photographie prise le 17 janvier 2020 montrant un panneau indiquant "Merci d'encourager les déserts judiciaires" sur les robes des avocats accrochées aux portes du palais de justice de Bordeaux (image d'illustration).

Depuis début janvier, des protestataires de divers secteurs d'activité – tels que les égoutiers, le personnel hospitalier ou la police technique et scientifique – expriment leur colère en lançant leurs outils et tenues de travail. Retour en images.

Les égoutiers de la ville de Paris ont manifesté le 22 janvier devant le ministère de l’Economie et des Finances, pour protester contre le projet de réforme des retraites, mais aussi pour exiger l'amélioration de leurs conditions de travail. Plusieurs dizaines d’entre eux sont ainsi venus jeter leurs outils de travail : des bleus de travail, leurs gants et leurs bottes. 

Les employés d'autres secteurs professionnels, tels que l'éducation, la santé et la finance, ont rejoint la manifestation.

Dans le cadre de la grève interprofessionnelle illimitée, débutée le 5 décembre, en opposition au projet de la réforme des retraites, se sont multipliés les manifestations lors desquelles les participants jettent leurs vêtements ou outils de travail.

Les enseignants opposés à la réforme Blanquer

Le corps enseignant se mobilise d'une part contre le projet de réforme des retraites, d'autre part contre les réformes au sein de l'Education nationale, dont la réforme du baccalauréat 2021. Les professeurs dénoncent, en outre, un nombre trop important d'élèves par classe. 

Dans ce contexte, des enseignants ont empilé de vieux manuels scolaires et jeté des feuilles d'exercices dans le 7e arrondissement de Paris, à proximité du ministère de l'Education nationale, le 22 janvier.

Les avocats jettent leur robe

Des avocats font également grève, vent debout contre la réforme des retraites qu'ils jugent défavorable à leur profession, depuis le mois de décembre 2019. Certains d'entre eux ont réalisé un happening dans l'enceinte du rutilant Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris le 20 janvier.

Après avoir scandé «Belloubet démission», les avocats en colère ont jeté leurs robes du haut des escalators du TGI.

La police technique et scientifique dans la rue

Similairement, plusieurs centaines de fonctionnaires de la police technique et scientifique (PTS) ont manifesté le 15 janvier à Paris, certains jetant leur tenue professionnelle au sol.

Ces policiers demandent un statut semblable à celui des agents armés et la reconnaissance de la pénibilité et de la dangerosité de leur métier.

Les inspecteurs du travail lancent leurs codes du travail 

Plusieurs dizaines d'inspecteurs du travail ont eux aussi décidé de protester, le 21 janvier, contre le projet de la réforme des retraites, cette fois-ci en lançant leurs codes du travail au pied du «directeur d'Ile de France pendant la galette».

Le «coup de blouse» des services de santé

Manques de financements, de lits et de personnel, conditions de travail, perte de sens, crise de gouvernance : de nombreux maux touchent actuellement les services publics de santé. Ainsi, plusieurs centaines de chefs de services et médecins ont désormais rejoint le mouvement de grève lancé par plusieurs services d’urgences parisiens il y a près d’un an, élargissant ainsi la contestation à l’ensemble de l’hôpital public.

C'est pour ces raisons que les personnels hospitaliers de l'hôpital Avicenne de Bobigny ont décidé de jeter leur blouse, le 20 janvier, en signe de colère.

Quelques jours auparavant, le 14 janvier, à «l'occasion des vœux du directeur de l’hôpital Saint Louis» à Paris, le personnel soignant avait également choisi de jeter symboliquement la blouse.

Lire aussi : «Belloubet démission !» : action coup de poing des avocats grévistes au TGI de Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»