Dénoncée par Hidalgo, une campagne de pub jugée anti-IVG et anti-PMA retirée des gares à Paris

Dénoncée par Hidalgo, une campagne de pub jugée anti-IVG et anti-PMA retirée des gares à Paris© Philippe Lopez Source: AFP
La station gare du Nord à Paris, le 10 octobre 2019. (image d'illustration)

La polémique a vite enflé sur les réseaux sociaux, et même la maire de Paris, Anne Hidalgo s'en est mêlée. Des publicités de l'association Alliance Vita, ouvertement anti-IVG et anti-PMA, affichées dans plusieurs gares parisiennes, ont été retirées.

Une campagne d’affichage de l’organisation anti-IVG et anti-PMA Alliance Vita, lancée dans des gares parisiennes le 2 janvier, a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux, et même la maire de Paris Anne Hidalgo s'en est mêlée.

Sur les quatre visuels, représentant un homme, une femme, une ovule entourée de spermatozoïdes et une personne handicapée, on pouvait lire alternativement : «la société progressera, à condition de respecter»... tantôt «la paternité», «la maternité», «la vie», «la différence». Des messages interprétés par certains  comme s'affichant clairement contre l'avortement et la PMA pour toutes qui ouvre la procréation médicalement assistée aux femmes seules et aux couples lesbiens. La maire de Paris s'est déclarée «profondément choquée et indignée par cette campagne», et a demandé aux deux sociétés qui gèrent ces affichages dans les gares parisiennes «que ces affiches soient retirées immédiatement».

Ce qu'a fait la régie publicitaire le jour-même, «avec l'accord de la SNCF Gares & Connexions», a-t-elle précisé dans un communiqué ce 3 janvier. «Deux visuels relatifs à la protection de la maternité et à la protection de la paternité peuvent être entendus comme des messages militants excédant le principe de neutralité qui s'impose dans les transports publics», a expliqué MediaTransports, pour justifier sa décision. L'entreprise précise, par ailleurs, que seulement trois visuels avaient été présentés par l'association en vue de validation, alors qu'un quatrième est apparu dans la presse, mais «non affiché sur les supports de MediaTransports», a-t-elle insisté.

Mathieu Bejot, Directeur de la communication SNCF, contacté par le magazine LGBT Têtu le 2 janvier a précisé qu’il était «bien sûr hors de question d’avoir des messages politiques de quelque manière qui soit sur nos affichages publicitaires». Il a, en outre, demandé au magazine militant «24 heures pour s’entretenir avec la régie publicitaire des gares MediaTransports », et trouver l’origine de cet affichage.

Du côté de la régie publicitaire, Alexandra Lafay, responsable communication, a confirmé le 2 janvier à la rédaction du magazine Têtu qui l'a également contactée que les deux affiches «maternité» et «paternité» seraient retirées des gares dès le lendemain, à savoir ce 3 janvier.Selon elle, la période troublée par les grèves à la SNCF serait à l’origine de cette «négligence» et a tenu à préciser que, ni elle, ni Valérie Decamp, la directrice générale du groupe MediaTransport, «ne partag[aient] les positions d’un autre temps d’Alliance Vita». 

Tugdual Derville, le délégué général d'Alliance Vita a dénoncé une «censure» menée «sur injonction de la maire de Paris», et annoncé qu'une double action en référé serait lancée par son association, ce 3 janvier. «Avoir subi tant d’années de pubs consuméristes, agressives, libidineuses, contraires à ce que j’aime et parfois carrément pourries... et s’entendre dire, après-coup, que nos affiches manquent au "devoir de neutralité" ! On hésite entre le rire et les larmes», déplore-t-il.

Cette polémique intervient alors que le projet de loi de bioéthique, trois mois après son adoption par l'Assemblée, sera examiné au Sénat, en commission spéciale la semaine du 7 janvier et en séance à partir du 21, deux jours après une manifestation prévue de la Manif pour tous contre «la PMA sans père».

Lire aussi : Les opposants à la PMA pour toutes cherchent à mobiliser

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»