Des syndicats organisent «l'enterrement» de la SNCF à la veille de son ouverture à la concurrence

Des syndicats organisent «l'enterrement» de la SNCF à la veille de son ouverture à la concurrence© Benoit Tessier Source: Reuters
Des TGV à la gare Montparnasse à Paris, le 27 décembre 2019. (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Quelques centaines de manifestants ont mené une action symbolique à Limoges en organisant un «enterrement de la SNCF». Une marche funèbre a pris la direction de la gare à la veille de l'ouverture à la concurrence de l'entreprise ferroviaire.

«Ce soir, à 23h59, la SNCF publique, c'est terminé», a déclaré un responsable de Sud rail, dont les propos sont rapportés par un journaliste présent à Limoges ce 31 décembre, où des «funérailles» de la SNCF ont été organisées en guise d'allégorie.

Une mobilisation visant à dénoncer l'ouverture à la concurrence de l'entreprise ferroviaire qui doit s'opérer à partir de 2020 et qui pourrait, selon ses opposants, déboucher sur la privatisation de l'entreprise. A la veille de la nouvelle année, les syndicats Sud rail et CGT cheminots ont ainsi décidé d'organiser «l'enterrement de la SNCF» pour s'opposer simultanément à la fin du statut de cheminots pour les nouveaux embauchés et au passage de l'entreprise en société anonyme (SA) à capitaux publics impliquant la prépondérance de la notion de rentabilité.

Si cette étape clef de la réforme ferroviaire de 2018 est passée au second plan, éclipsée par d'autres mesures dénoncées par les grévistes, ces militants déterminés ont décidé de la remettre sur le devant de la scène. Quelques centaines de manifestants se sont ainsi donné rendez-vous le matin et se sont dirigés vers la gare de Limoges dans une mise en scène des plus lugubres avec cercueil, bouquet funéraire et registre de condoléances.

A l'arrivée du cortège funèbre en gare de Limoges, les manifestants ont posé le cercueil sur un grand drapeau français à même le sol, orné d'une gerbe de fleurs sur laquelle un bandeau portait l'inscription : «Notre regrettée SNCF». Les femmes et les hommes réunis ont ensuite longuement applaudi autour du cercueil en hommage à l'entreprise ferroviaire qu'ils estiment morte.

Actuellement établissement public à caractère industriel et commercial (Epic), la SNCF va devenir, à partir du 1er janvier, une SA à capitaux publics, qui détiendra la totalité des titres de SNCF Réseau et SNCF Voyageurs, sans possibilité de les céder. Le changement est d'importance puisqu'il fait du groupe «une entreprise à part entière», pour reprendre l'expression de son ancien patron Guillaume Pepy. Le groupe devra notamment gérer ses investissements, éviter les pertes, maîtriser sa dette, et est, au moins en théorie, susceptible de faire faillite. L'Etat actionnaire exige donc de la SNCF qu'elle fasse de sérieuses économies pour être plus compétitive, dans un contexte d'ouverture du rail à la concurrence. Bercy va en contrepartie reprendre 35 milliards d'euros de la dette de SNCF Réseau sur plus de 50 milliards.

Lire aussi : Contre la réforme des retraites, des grévistes de l'Opéra de Paris se produisent en plein air

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix