Affaire Delevoye : le parquet ouvre une enquête sur les «omissions» des déclarations d'intérêts

- Avec AFP

Affaire Delevoye : le parquet ouvre une enquête sur les «omissions» des déclarations d'intérêts© Thomas Samson Source: Reuters
L'ex-haut-commissaire français à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye devant le CESE (Conseil économique, social et environnemental) à Paris, France le 11 décembre 2019. (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Après la saisie de la HATVP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire contre Jean-Paul Delevoye, l'ex-haut-commissaire aux retraites du gouvernement, poussé à la démission par un scandale d'«omissions» sur ses déclaration d'intérêts.

Le parquet de Paris a annoncé, ce 19 décembre, avoir ouvert une enquête préliminaire contre Jean-Paul Delevoye, après avoir été saisi la veille par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Cette enquête porte à la fois «sur les faits de déclaration incomplète de ses intérêts à la HATVP» et «sur les conditions de cumul de rémunération d'un emploi public ou d'un membre du gouvernement et d'une rémunération privée», a précisé dans un communiqué le parquet de Paris.

Le procureur de Paris, Rémy Heitz, avait lui-même demandé des précisions à la HATVP la semaine dernière, face à la cascade de révélations de la concernant les activités parallèles de l'ex-«Monsieur Retraites» du gouvernement, accusé d'«omissions» dans sa déclaration d'intérêts. Après examen de sa situation, la HATVP, créée en 2013 après le scandale Jérôme Cahuzac, a saisi la justice le 18 décembre, estimant que «les omissions dans la déclaration initiale de Jean-Paul Delevoye» étaient susceptibles de constituer une infraction pénale. «Seule une enquête menée par des services de police judiciaire est de nature à s'assurer du caractère exhaustif de la liste des mandats omis, tout comme de la nature de ces multiples fonctions dirigeantes exercées durant ses fonctions de membre du gouvernement», a-t-elle justifié.

La HATVP a par ailleurs pointé le fait que Jean-Paul Delevoye ne l'avait pas informée avant mi-novembre «d'un quelconque cumul d'activités» avec la présidence rémunérée d'un think tank, Parallaxe, alors qu'il y était déjà tenu depuis sa nomination au poste de haut-commissaire en 2017. Dans sa déclaration initiale d'intérêts et d'activités remise en novembre, «avec plus de dix jours de retard» comme le souligne la HATVP, Jean-Paul Delevoye n'indiquait que le cumul avec la présidence du think tank Parallaxe et avec la présidence de deux associations, ainsi que la fonction passée de délégué général du groupe de formation IGS. Dans une déclaration modificative adressée seulement le 13 décembre, il a ajouté huit mandats, dont la présidence passée du Conseil économique et social (CESE) ou la fonction encore d'actualité d'administrateur de la Fondation SNCF.

L'exécutif a affirmé, le 18 décembre, croire en la «bonne foi» de Jean-Paul Delevoye, qui a démissionné en début de semaine de son poste de haut-commissaire, en plein conflit social sur sa réforme. Il a été remplacé à cette fonction clé par le député LREM Laurent Pietraswewski.

Lire aussi : Qui est Laurent Pietraszewski, nouveau secrétaire d’Etat en charge des retraites ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix