1 million de soutiens au référendum ADP : des députés appellent Macron à réagir (VIDEOS)

1 million de soutiens au référendum ADP : des députés appellent Macron à réagir (VIDEOS) Source: RT France
Jean-Luc Mélenchon, Clémentine Autain, Jean Lassalle et Nicolas Dupont-Aignan manifestent devant l'Assemblée nationale, le 4 décembre.

Le cap symbolique d'un million de signatures pour le projet de référendum d’initiative partagée sur la privatisation d'ADP, a été franchi. Pour nombre de parlementaires, Emmanuel Macron se doit d'y répondre. RT France a recueilli leurs propos.

Des parlementaires de bords politiques variés étaient réunis devant l'Assemblée nationale, le mercredi 4 décembre 2019. Ils saluaient, ainsi, le franchissement du cap symbolique de soutiens au projet de référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation des aéroports de Paris (ADP). Le montant d'un peu plus de 4,7 millions de soutien, exigé (d’ici le 12 mars 2020) pour valider la proposition de loi référendaire, est loin d'être atteint. Néanmoins, les politiques ainsi rassemblés considèrent que le seuil d'un million est suffisamment fort pour que le chef d'Etat réagisse.

Au micro de RT France, le sénateur communiste de Paris Pierre Laurent a ainsi tenu à «saluer le franchissement du cap du million de signatures». Selon lui, Emmanuel Macron est devant «un choix politique» : «tenir compte de cette volonté populaire ou l'ignorer». «Nous allons continuer la campagne de signatures», ajoute-t-il pour autant.

Les insoumis mobilisés pour un référendum sur la privatisation d'ADP

«C'est un droit constitutionnel de réclamer des référendums», fait, de son côté, valoir le chef de file de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon. «Le président pourrait être pris au piège de sa propre parole puisque il a dit qu'il voulait abaisser le niveau à partir duquel on pouvait proposer un référendum» à un million de voix, rappelle le député des Bouches-du-Rhône. De fait, Emmanuel Macron avait annoncé, lors du grand débat national censé apporter des réponses aux revendications des Gilets jaunes, vouloir réformer le RIP pour qu’un million de citoyens puissent le déclencher. «Commencez maintenant monsieur le président, le million de signatures est là», poursuit Jean-Luc Mélenchon.

«Les gens ne savent pas qu'en réalité, ce n'est même pas le seul aéroport Charles de Gaulle qui est en cause, c'est 38 aéroports qui appartiennent à Aéroports de Paris», rapporte-t-il également.

On ne peut pas dire que cela fasse la une des journaux et il y a quand même un million de signatures

Pour sa camarade insoumise Clémentine Autain, députée de Seine-Saint-Denis, il y a des «colères qui s'accumulent dans notre pays et on peut penser que la bataille d'ADP peut aussi trouver sa place au milieu de l'ensemble de ces colères et d'adresses à l'égard du pouvoir en place». Elle ajoute : «On ne peut pas dire que cela fasse la une des journaux et il y a quand même un million de signatures déjà sur la table. Ma conviction est que s'il y avait un grand débat dans le pays, les Français diraient leur refus de voir cette privatisation qui est un non-sens économique».

Le référendum sur la privatisation d'ADP permettrait plus largement, selon la députée insoumise, «un débat sur la stratégie industrielle de notre pays». Interrogée sur les chances de réussite de son combat, Clémentine Autain affirme qu'«il faut avoir de l'espoir». «On a un million de signatures dans un contexte où le débat public n'est pas très fort [...] donc oui, je trouve ça encourageant». 

Dupont-Aignan contre «la spoliation d'Aéroports de Paris par des intérêts privés» 

Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout La France (DLF) était également présent devant l'Assemblée nationale. A ses yeux, «il faut absolument soutenir ce référendum contre la privatisation, la spoliation d'Aéroports de Paris par des intérêts privés». «Je dis au président de la République, chiche ! Référendum sur ADP ou alors annulez le projet», déclare-t-il à notre micro.

Le député de l'Essonne fait le lien avec la mobilisation du 5 décembre : «Il y a un point commun [à la réforme des retraites et à la privatisation d'ADP], c'est la démolition de tout le système issu du Conseil national de la Résistance (CNR), qui visait à avoir une économie libérale mais un système social». 

«Emmanuel Macron est en train de casser tout le système social français et, s'il y a des députés de gauche et de droite [à la mobilisation] aujourd'hui, c'est qu'on peut faire autrement», estime-t-il. Et le chef de parti d'ajouter : «En Marche, c'est la démolition du CNR et c'est pourquoi il y a tant de gens dans la rue dans notre pays. Je pense qu'En Marche, c'est le faux nez d'intérêts financiers qui veulent détruire notre pays».

«Le début d'une prise de conscience», selon Lassalle

Enfin, le député des Pyrénées-Atlantiques et président du mouvement Résistons !, Jean Lassalle, estime que la mobilisation pour un référendum sur la privatisation d'ADP «marque le début d'une prise de conscience». «En France, nous avions perdu l'habitude de ce type de mobilisation de grande envergure et en même temps, nos compatriotes ont perdu aussi l'habitude de se mobiliser en masse», explique-t-il.

Contre la privatisation d'ADP, le député met en avant la dimension stratégique des aéroports, «une des portes d'entrée principale dans notre pays». Il estime que la sécurité et la surveillance de ces lieux ne sauraient dépendre de sociétés privées, spécialement «dans la période dans laquelle nous vivons».

Lucien Petit-Felici

Lire aussi : Référendum ADP : France Inter refuse de diffuser un spot pour ne pas «choquer» ses auditeurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»