Profanations : Castaner annonce la création d'un «office national de lutte contre la haine»

Profanations : Castaner annonce la création d'un «office national de lutte contre la haine»© Patrick HERTZOG Source: AFP
le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, visite le cimetière juif de Westhoffen victime d'une profanation, le 4 décembre 2019.
Suivez RT France surTelegram

En réaction à la découverte d'inscriptions antisémites sur 107 tombes du cimetière juif de Westhoffen à côté de Strasbourg, le ministre de l'Intérieur annonce la création d'un «office national de lutte contre la haine».

Christophe Castaner a annoncé, ce 4 décembre, la création d'un «office national de lutte contre la haine». Le ministre de l'Intérieur, qui visitait le cimetière juif de Westhoffen, dont 107 tombes ont été profanées par des inscriptions antisémites la veille, a expliqué : «J'ai décidé ce matin, en lien avec le directeur général de la gendarmerie nationale, de créer auprès de lui [...] un office national de lutte contre la haine.» Le ministre a ajouté que cet organe serait notamment chargé de l'enquête sur cette profanation qui aurait, en outre, ciblé l'ancienne synagogue.

En réaction à cette nouvelle profanation, le chef de l'Etat Emmanuel Macron avait réagi sur Twitter : «Les Juifs sont et font la France. Ceux qui s'attaquent à eux, jusque dans leurs tombes, ne sont pas dignes de l’idée que nous avons de la France. L'antisémitisme est un crime et nous le combattrons, à Westhoffen comme partout, jusqu'à ce que nos morts puissent dormir en paix.»

Ce 4 novembre, le président du Consistoire israélite du Bas-Rhin, Maurice Dahan, a de son côté enjoint «les gens qui savent quelque chose» à parler. «Nous ne pouvons plus continuer d’accepter que les gens se taisent, que ceux qui voient quelque chose ne parlent pas. L’omerta n’a pas sa place en Alsace», avait-il déclaré sur France Bleu Alsace. Interrogé par l'AFP, Maurice Dahan a ajouté : «J'appelle à la vigilance citoyenne [...] on est à un point culminant de ce qui pourrait faire basculer la France dans une guerre civile.»

La région est confrontée, depuis plusieurs mois, à une recrudescence de graffitis et de dégradations à caractère raciste et notamment antisémite. Dans le Bas-Rhin, 96 tombes du cimetière juif de Quatzenheim, à une quinzaine de kilomètres de Westhoffen, avaient été souillées de tags antisémites le 19 février dernier, de même que celui de Herrlisheim, au nord-est de Strasbourg, le 11 décembre 2018.

A la mi-avril, des tags racistes et antisémites avaient été découverts sur les murs de la mairie de Dieffenthal, toujours dans le Bas-Rhin. Quelques jours plus tard, des croix gammées et des insultes avaient été taguées sur la façade de la maison d'une élue à Schiltigheim, près de Strasbourg.

Des écrits à caractère antisémite avaient également été découverts au début du mois de mars devant une école de Strasbourg, et des croix gammées sur les murs d'une ancienne synagogue à Mommenheim. Certaines mairies et permanences d'élus ont également été la cible de dégradations.

La veille de l'annonce de Christophe Castaner, dont les contours restent flous, les députés ont, par ailleurs, adopté une résolution controversée proposée plusieurs mois plus tôt par LREM, qui donne une nouvelle définition de l’antisémitisme, en reprenant celle formulée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). Devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) en février, Emmanuel Macron avait affirmé vouloir élargir la définition de l'antisémitisme à l'antisionisme.

Lire aussi : Une centaine de tombes profanées dans un cimetière juif du Bas-Rhin

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix