«Vieille politique opaque»: une députée quitte LREM, allongeant la liste des départs

- Avec AFP

«Vieille politique opaque»: une députée quitte LREM, allongeant la liste des départs© Jean-François Monier Source: AFP
Pascale Fontenel-Personne alors candidate LREM en mai 2017.

La République en marche a enregistré le 29 novembre une nouvelle défection. La députée de la Sarthe Pascale Fontenel-Personne a annoncé quitter le mouvement, allongeant ainsi la liste des désertions récentes dans les rangs de LREM.

La députée de la Sarthe Pascale Fontenel-Personne a annoncé à son tour le 29 novembre quitter le mouvement LREM, dénonçant «une résurgence de la vieille politique opaque et calculatrice au niveau local», tout en restant apparentée au groupe majoritaire.

Au lendemain du départ du mouvement d'une autre députée, Marion Lenne, en raison d'un «désaccord sur le fonctionnement» du parti, Pascale Fontenel-Personne explique pour sa part dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux qu'elle est «macroniste mais plus En marche». «La gestion départementale de la République en marche est calamiteuse et dénuée d'ambition, aussi bien pour les Sarthois que pour le mouvement, et le tout soutenu par le mouvement à l'échelle nationale», déplore la députée. Ajoutant qu'elle ne peut plus s'engager «plus longuement au nom de La République en marche Sarthe si tant est qu'elle existe», Pascale Fontenel-Personne précise qu'elle «reste apparentée» au groupe à l'Assemblée.

Le mouvement a investi la semaine dernière l'entrepreneur Gilles Guerchet pour les prochaines élections municipales au Mans. Pascale Fontenel-Personne figure désormais sur une liste concurrente sans étiquette.

Dans un communiqué diffusé le 29 novembre, La République en marche de la Sarthe estime que «sa démission ne fait qu'entériner l'échec de ses tentatives de déstabilisation successives, en parfaite contradiction avec la bienveillance prônée par le mouvement». De plus, malgré la fidélité affichée de la députée au président de la République, le mouvement juge que «cette attitude équivaut à un abandon des électeurs qui ont voté pour un mouvement porté et voulu par Emmanuel Macron». 

Tensions à l'approche des municipales

Le groupe LREM compte actuellement 303 membres et apparentés, contre 313 au début de la législature. Outre la doctrine et sa mise en œuvre, c'est également la forme du mouvement, au-delà des seuls bancs de l'Assemblée, qui est visée. Machine de guerre au service du candidat Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2017, la start-up En Marche ! avait dû se transformer en urgence en vaisseau industriel au lendemain des législatives, après être devenu le premier parti de France.

Mais l'épreuve du pouvoir et, surtout, la préparation des municipales, ont provoqué nombre des tensions. Car le mouvement, qui a toujours revendiqué une certaine verticalité censée empêcher la création de baronnies et l'émergence de futurs frondeurs, s'en est notamment remis à une commission nationale d'investiture pour désigner ses candidats pour l'échéance de mars 2020, en favorisant moult alliances avec des candidats sortants, LR ou PS. Ce sont notamment ces stratégies, parfois jugées illisibles, qui contribuent aujourd'hui à l'érosion actuellement observable au sein du mouvement de la majorité.

De plus, la diversité d'opinions semble mal vue au sein du mouvement. On se souvient notamment de l'exclusion fin juin de la députée Agnès Thill, farouche opposante au projet gouvernemental visant à étendre la PMA à toutes les femmes, en raison de ses «propos polémiques», jugés «pernicieux».

A l'approche des élections, les turbulences pourraient encore s'intensifier : avec la multiplication des dissidences pour les municipales, plusieurs exclusions sont à prévoir. Volontaires ou subies.

Lire aussi : «Normal d'y aller»: des députés LREM se rendent à une soirée déguisée avec des lobbyistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»