Attaque de deux policiers assaillis dans une laverie : un homme condamné à 12 mois de prison ferme

Attaque de deux policiers assaillis dans une laverie : un homme condamné à 12 mois de prison ferme© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Deux membres des forces de l'ordre à côté d'une vitrine cassée le 16 novembre à Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Lors de l'acte 53 des Gilets jaunes, deux policiers pris en chasse s'étaient réfugiés dans une laverie, qui avait ensuite été assaillie par des individus. Interpellé, un homme a été condamné à 12 mois de prison ferme en comparution immédiate.

Un homme a été condamné à 12 mois de prison ferme après avoir été interpellé en marge de l'acte 53 des Gilets jaunes, qui marquait le premier anniversaire du mouvement. Selon l'AFP, qui cite la préfecture de police, il a été incarcéré.

Il avait été appréhendé après avoir été identifié sur une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, dans laquelle on pouvait voir deux policiers se réfugiant dans une laverie alors qu'ils étaient poursuivis par des manifestants vêtus de noir.

Selon RMC et BFM TV, qui rapportent l'information, l'homme de 38 ans, père de deux enfants, a fondu en larmes à l'annonce du verdict. Jugé en comparution immédiate, le 18 novembre au tribunal de Paris, il a assuré s'être joint à la scène après le début des violences et a reconnu être un des individus visibles sur la vidéo. Il a également confirmé avoir porté un coup de pied et jeté une pierre sur la vitrine du bâtiment, mais n'avoir à aucun moment visé les fonctionnaires de police. Il a précisé n'avoir eu aucune intention de blesser les forces de l'ordre, assurant qu'il n'était pas le manifestant le plus virulent sur place.

D'autres prévenus comparaissaient également le 18 novembre. Parmi eux beaucoup de jeunes, aux revenus souvent modestes, mais aussi des quarantenaires, jugés pour possession de lunettes de protection ou violence sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Beaucoup d'entre eux se retrouvaient pour la première fois devant un tribunal.

Les journalistes présents lors du jugement décrivent une audience sous tension, durant laquelle les policiers ont été obligés de faire sortir plusieurs personnes pleurant ou criant leur colère dans le palais de justice. «Vous êtes une horreur!», «C'est une justice de classe!», pouvait-on notamment entendre à l'adresse du procureur de la République alors que celui-ci exprimait ses réquisitions.

Selon le ministère de l'Intérieur, 28 000 manifestants ont battu le pavé en France le 16 novembre, dont 4 700 à Paris. Le Nombre jaune estimait lui le nombre de manifestants à près de 40 000. Le syndicat France Police policiers en colère a affirmé de son côté qu'au moins «60 000 manifestants [avaient été présents] dans les centres-villes et sur les ronds-points» dans l'ensemble du pays. La manifestation, qui marquait le premier anniversaire des Gilets jaunes, a été émaillée de violence entre casseurs et forces de l'ordre. Au moins deux personnes, un journaliste indépendant et un manifestant, ont été grièvement blessé à Paris. Ce dernier a reçu une grenade dans l’œil alors qu'il discutait aux abords de la place d'Itaile

Lire aussi : Acte 53 des Gilets jaunes à Paris : deux membres des forces de l'ordre se réfugient dans une laverie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix