«Opportunistes», «à côté de la plaque» : passe d'armes entre Philippe Martinez et Marine Le Pen

«Opportunistes», «à côté de la plaque» : passe d'armes entre Philippe Martinez et Marine Le Pen© GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
La présidente du Rassemblement national (RN) et députée Marine Le Pen visitant le salon du Made in France à Paris, le 9 novembre 2019 (image d'illustration).

Philippe Martinez a estimé que le RN joue «les opportunistes et les populistes de service» en soutenant la mobilisation du 5 décembre contre la réforme des retraites. Marine Le Pen a qualifié ces propos d'«honteux».

Philippe Martinez, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT), était l’invité du Petit déjeuner politique de Patrick Roger, le 13 novembre, sur Sud Radio. Au cours de l’émission, Philippe Martinez a critiqué le soutien du Rassemblement national (RN) à la mobilisation du 5 décembre contre la réforme des retraites, en estimant que «ce n’est pas la première fois que le RN joue les opportunistes et les populistes de service», d'après l'AFP.

«Mais quelle est cette bouillie ? Ces pauvres dirigeants de syndicats sont totalement à côté de la plaque», lui a répondu Marine Le Pen, présidente du RN et députée, ce 14 novembre sur LCI. «Qu’ils retournent manifester avec les salafistes comme ils l’[ont] fait dimanche dernier» lors de la marche contre l’islamophobie. «Ils n’ont plus que ça pour exister», a-t-elle estimé.

«Si vraiment cet homme était sincère dans sa démarche, il devrait se réjouir que des responsables politiques, et notamment que la présidente du premier parti de France, soutiennent le retrait de la réforme des retraites», a souligné Marine Le Pen.

«Or, il ne s’en réjouit pas parce qu’en réalité il pense à sa petite gamelle, et c’est honteux, c’est indigne, ce n’est pas au niveau. Et c’est la raison pour laquelle d’ailleurs il y a de moins en moins d’adhérents dans les syndicats. […] Ces gens-là ne se battent plus que pour eux-mêmes», a-t-elle enchéri.

La présidente du RN a invité «ceux qui sont déjà retraités à ne pas se désintéresser de cette réforme» et à rejoindre la mobilisation. «C’est l’intérêt de toute la nation que notre système de retraites permette à ceux qui vont arriver à la retraite de vivre dignement. Or ça ne sera pas le cas avec cette réforme. C’est un rabot gigantesque».

Marine Le Pen a ensuite explicité vouloir «revenir à 40 années de cotisations avec la possibilité, si vous avez 40 années de cotisations, de partir avec une retraite pleine à 60 ans», en faisant d’abord «des économies» dans la contribution de la France à l’Union européenne ou sur l’immigration «de plus en plus coûteuse».

Lire aussi : Réforme des retraites : un «hold-up» contre les salaires et les retraites ? (DEBAT)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»