Près d'un agriculteur sur cinq n'a rien gagné ou a perdu de l'argent en 2017

Près d'un agriculteur sur cinq n'a rien gagné ou a perdu de l'argent en 2017© VALERY HACHE / AFP Source: AFP
Un agriculteur protestant contre sa condition, le 5 novembre 2019, à Nice (image d'illustration)..
Suivez RT France surTelegram

Un rapport de l'Insee sur les revenus des non-salariés en 2017 révèle que près de 20 % des agriculteurs n'ont rien gagné en 2017. En moyenne, les exploitants agricoles ont enregistré un revenu net imposable mensuel de 1 390 euros par mois.

Le secteur agricole est en crise. Pour illustrer ce constat, un chiffre : en 2017, près d'un agriculteur sur cinq n'a pas pu se verser de revenu. C'est ce que révèle un rapport de l'Insee sur l'emploi non-salarié en 2017, publié le 8 novembre.

Les exploitants agricoles ont en effet enregistré un revenu net imposable mensuel de 1 390 euros par mois en 2017, soit 8,2% de plus qu'en 2016. Mais dans le détail, il existe pourtant des écarts importants selon le type de production. Si les céréaliers ont gagné en moyenne 1 000 euros par mois en 2017, le secteur viticole s'en sort beaucoup mieux avec un revenu moyen de 2 790 euros par mois, en baisse de 3,9 % par rapport à 2016. Cela s'explique car 2017 était une «année de petite récolte après un excellent millésime 2016 ».

L'élevage le plus touché

L'élevage est la production la plus en crise. Le éleveurs d'ovins, caprins, équidés, ont enregistré un revenu moyen de 620 euros par mois. A titre de comparaison, c'est 60 € de plus qu'une personne seule touchant le RSA (559 €). Les éleveurs bovins, ce n'est pas beaucoup mieux avec 1 100 euros net en 2017, soit un peu plus qu'en 2016 (+15,9%). Cette hausse – guère florissante – s'explique par l'année 2015 catastrophique des éleveurs en 2015, qui ont subi de plein fouet l’effondrement des prix du lait en 2015, à cause de la fin des quotas laitiers.

Fin juillet 2019, des agriculteurs avaient revendiqué sur les réseaux sociaux des actes de vandalisme à l'encontre de permanences de députés LREM afin de protester contre la signature du Ceta, le traité de libre échange entre l'Union européenne et le Canada.

En septembre, la FNSEA, le premier syndicat d'agriculteurs, avait appelé à déclencher des «feux de la colère» dans toute la France pour alerter le gouvernement sur le malaise du monde agricole.

Lire aussi : Manifestations d'agriculteurs: des «feux de la colère» pour dénoncer un «malaise dans la profession»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix