Violences à Mantes-la-Jolie : «Il faut que la police tire à balles réelles», avance Zineb El Rhazoui

Violences à Mantes-la-Jolie : «Il faut que la police tire à balles réelles», avance Zineb El Rhazoui© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
La journaliste Zineb El Rhazoui se prépare avant le début de l'émission "Vous avez la parole" sur France 2, le 19 octobre 2019.

En référence aux heurts entre jeunes et policiers à Mantes-la-Jolie, le 24 octobre, l'ancienne journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui a jugé que la police devait tirer à «balles réelles» sur ceux qu'elle a qualifiés de «barbares».

Zineb El Rhazoui, écrivaine et ancienne journaliste à Charlie Hebdo, était invitée à participer à l’émission L’heure des pros sur CNews le 5 novembre. Le débat portait notamment sur le phénomène des violences urbaines et les réponses du gouvernement à celles-ci. Faisant référence aux heurts qui ont éclaté à Mantes-la-Jolie le 24 octobre, Zineb El Rhazoui a laissé entendre que la police devait tirer à balles réelles sur les jeunes de banlieue qui s'en sont pris aux membres des forces de l'ordre. 

Commençant par parler de «racailles», puis de «barbares» pour évoquer les jeunes de banlieue ayant tendu un «guet-apens […] à une petite patrouille de policiers», la militante a posé son diagnostic : «Les gens de tous horizons étaient absolument unanimes : il faut que la police tire à balles réelles dans ces cas-là.» L’ancienne journaliste de Charlie Hebdo, sous protection policière depuis l'attentat commis à l’encontre du journal satirique, a en outre jugé que «la police américaine aurait tiré à balles réelles pour bien moins que ça».

Le 24 octobre, de violents affrontements ont éclaté entre une centaine de personnes et des policiers dans la zone urbaine sensible (ZUS) du Val Fourré. Les forces de police ont rapporté avoir été victimes d’un guet-apens tendu par plusieurs dizaines de jeunes.

Durant ces heurts, les policiers ont été la cible de nombreux jets de projectiles, de tirs de mortier d’artifice et de cocktails Molotov. Ils avaient répondu avec des grenades de désencerclement, blessant deux jeunes, l’un à l’œil et l’autre à la jambe.

A lire aussi : Soirée de violences urbaines dans les Yvelines, un chapiteau de cirque incendié

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»