Interpellations dans l'affaire des appels téléphoniques islamistes aux commissariats franciliens

Interpellations dans l'affaire des appels téléphoniques islamistes aux commissariats franciliens© THOMAS SAMSON Source: AFP
Le groupe de soutien opérationnel (GSO75) de la police nationale intervient dans le XIe arrondissement de Paris le 10 septembre 2018 (image d'illustration).

Deux jeunes individus ont été interpellés dans les Hautes-Alpes et les Hauts-de-Seine après que le préfet de police de Paris a porté plainte contre X pour apologie du terrorisme dans l'affaire des appels islamistes aux commissariats franciliens.

Deux interpellations ont été réalisées dans l'affaire des appels islamistes reçus dans des commissariats d'Ile-de-France : ce 11 octobre, un mineur de 17 ans a été interpellé dans la région de Gap (Hautes-Alpes) et un jeune d'une vingtaine d'années a été interpellé à Vanves (Hauts-de-Seine).

Après ces appels menaçants reçus sur les téléphones des commissariats de Drancy, Noisy-le-Sec, Bobigny (Seine-Saint-Denis), Saint-Maur (Val-de-Marne), Asnières-sur-Seine et Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le préfet de police de Paris avait déposé plainte contre X pour apologie du terrorisme.

Une source policière contactée par RT France confiait le 10 octobre qu'un appel avait été reçu dans un commissariat des Hauts-de-Seine le soir précédent. Dans cet appel, un individu «se prétendant de Daesh» prévenait qu'un attentat serait commis entre 20h et 22h ce soir-là. L'appel de trop pour le suspect interpellé dans les Hauts-de-Seine ? La même source n'a pas confirmé, mais l'interpellation du jeune homme n'a pas tardé.

Selon une autre source policière, cet individu serait affilié à la mouvance anarchiste des «black blocs». Cette même source précise : «Ils se servent de la
psychose pour semer le chaos et ils ont pris confiance... Mais l’Etat ne va pas rigoler avec eux.» La source précise que c'est le Groupe de soutien opérationnel des Hauts-de-Seine (GSO92) qui est intervenu dans cette interpellation au petit matin, ce 11 octobre.

Ces appels à la teneur radicale ont été captés sur les répondeurs et les lignes de standards des commissariats quelques jours après l'attaque islamiste de la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts.

Lire aussi : «Couteau en céramique», «RIP Mickaël Harpon» : des tags anti-police à Italie 2 après l'occupation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»