Le Conseil constitutionnel rappelle l'exigence de la gratuité dans l'enseignement public supérieur

- Avec AFP

Le Conseil constitutionnel rappelle l'exigence de la gratuité dans l'enseignement public supérieur© Charles Platiau Source: Reuters
L'entrée du Conseil constitutionnel (image d'illustration).

Le Conseil constitutionnel, saisi d'un recours sur les frais d'étudiants extra-UE, a jugé que l'exigence de gratuité s'applique à l'enseignement supérieur public mais ne fait pas obstacle à ce que des «droits d'inscription modiques soient perçus».

Les sages ont tranché une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) invoquée en juillet par trois associations, relatives à la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers extra-communautaires, décidée l'an dernier par le gouvernement.

Pour ces associations, cette hausse «méconnaissait divers principes protégés par la Constitution et les engagements internationaux de la France». Dans sa décision du 11 octobre, le Conseil constitutionnel «déduit de façon inédite» que «l'exigence constitutionnelle de gratuité s'applique à l’enseignement supérieur public».

Pour autant, «cette exigence ne fait pas obstacle, pour ce degré d’enseignement, à ce que des droits d’inscription modiques soient perçus en tenant compte, le cas échéant, des capacités financières des étudiants». Reste à savoir ce que signifie le terme «modiques».

Seule une poignée d'universités ont décidé de mettre en place dès la rentrée cette hausse qui porte à 2 770 euros les frais d'inscription en licence et 3 770 euros en master, contre respectivement 170 euros et 243 euros pour les jeunes Européens.

«Ces frais équivalent environ à un tiers du prix réel des formations, on considère qu'il s'agit bien d'un coût modique», réagit-on au ministère de l'Enseignement supérieur.

Le syndicat étudiant Unef, opposé à la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers, se félicite de son côté que «la décision consacre le principe de gratuité dans l'enseignement supérieur public».

C'est désormais au Conseil d'Etat de poursuivre les débats dans les mois à venir. «On s'en remet à la sagesse du Conseil d'Etat dans la décision qu'il rendra», fait-on dans l'entourage de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal. «Pour nous, l'objectif de cette décision sera de garantir la stabilité du système d'enseignement supérieur dans son ensemble», poursuit-il.

Lire aussi : Le gouvernement compte-t-il promouvoir la discrimination positive à l'entrée des grandes écoles ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»