Castaner estime que la France a «loupé» l'intégration des immigrés alors qu'elle aurait «dû» réussir

Castaner estime que la France a «loupé» l'intégration des immigrés alors qu'elle aurait «dû» réussir© FRANCOIS LO PRESTI / AFP Source: AFP
Des migrants, principalement kurdes irakiens, au camp de Grande-Synthe (Nord) en septembre.

Alors que les députés entament un débat très clivant sur l'immigration voulu par la majorité, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a estimé que la France avait loupé sa politique migratoire récente, tout en restant optimiste sur l'avenir.

Interrogé sur France Inter le 7 octobre, date d'un débat sans vote à l'Assemblée nationale sur l'immigration, Christophe Castaner a dressé un bilan sans appel de la situation : «Je pense que nous avons loupé ces dernières années l'intégration telle que nous aurions dû la réussir.»

«Depuis plusieurs années, nous nous opposons entre la droite et la gauche, sur le nombre d'immigrés, sur la capacité qu'on a à éloigner, et on a oublié l'essentiel [...] l'intégration des étrangers», a-t-il affirmé.

De fait, le débat sur la politique migratoire, voulu par le président de la République, que les députés entament le 7 octobre, est un sujet clivant au sein de la majorité centriste.

Au cœur du débat, l'augmentation des demandes d'asile (+22% en 2018 soit près de 123 000 personnes) et des abus constatés, même de la part de ressortissants de pays considérés comme «sûrs» par les autorités, comme l'Albanie et la Géorgie (respectivement deuxième et troisième pays d'origine des demandeurs d'asile, derrière l'Afghanistan).

Le ministre de l'Intérieur a ainsi souhaité que la France travaille avec ces gouvernements pour faciliter la reconduite de ces personnes dans leur pays d'origine. Autre mesure évoquée : «augmenter l'aide publique au développement» des pays d'origine. 

Quant à la question de la controversée Aide médicale d'Etat (AME), qui mobilise 934 millions d'euros pour assurer les soins de 300 000 sans-papiers, pas question de l'abroger. Le ministre a néanmoins précisé que cette prestation sociale, qui est actuellement l'objet d'une mission d'inspection, devait être réformée «s'il y a des abus». 

Selon un sondage Ipsos publié en septembre, 60% des Français interrogés voyaient «les migrants comme une menace».

Lire aussi : Avec près de 13 000 migrants pour une capacité de 3 000, le camp grec de Moria suffoque

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»