Perquisitions au domicile parisien d'Epstein et à l’agence Karin Models de Jean-Luc Brunel

Perquisitions au domicile parisien d'Epstein et à l’agence Karin Models de Jean-Luc Brunel© JACQUES DEMARTHON / AFP Source: AFP
L'appartement de 800 m2 dans lequel séjournait Jeffrey Epstein à Paris.

Des perquisitions ont eu lieu dans la journée et la nuit du 23 au 24 septembre au domicile parisien de Jeffrey Epstein et plus tôt dans le mois à l’agence Karin Models de Jean-Luc Brunel, rapporte Franceinfo.

Franceinfo rapporte que des perquisitions ont eu lieu entre le 23 et le 24 septembre à Paris au domicile de Jeffrey Epstein et le 17 septembre dans une agence de mannequin de son ancien ami Jean-Luc Brunel. 

L'appartement de 800 m2 du multimilliardaire, situé avenue Foch, a été perquisitionné à partir de 15h pour se terminer vers 4h du matin. L'agence de mannequins Karin Models, fondée par Jean-Luc Brunel et située dans le 8e arrondissement de Paris a quant à elle été perquisitionnée par les enquêteurs le 17 septembre dans le cadre de la même affaire. 

Ces perquisitions ont été autorisées par un juge des libertés et de la détention dans le cadre de l'enquête pour «viols» et «agressions sexuelles», notamment sur mineures, ouverte le 23 août par le parquet de Paris dans le volet français de ce scandale qui a éclaté aux Etats-Unis, rapporte l'AFP. 

Le 11 septembre, un appel à témoin a été lancé par l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), appelant toute «victime ou témoin» qui souhaiterait contacter les enquêteurs dans le cadre de l'affaire Epstein à se manifester. 

L'AFP rapportait à cette date que trois femmes s'étaient d'ores et déjà manifestées auprès de la justice française et «ont été auditionnées par les enquêteurs les 27 août, 3 et 9 septembre», selon le parquet.

Une femme néérlandaise de 46 ans, entendue dans le cadre de cette enquête, affirme avoir été droguée et violée par l'agent de mannequins français Jean-Luc Brunel dans un appartement parisien au début des années 1990 alors qu'elle était tout juste majeure.

Dans une première procédure aux États-Unis close en 2007, deux femmes l'avaient déjà accusé de jouer le rôle de rabatteur pour Jeffrey Epstein, amenant aux États-Unis des «jeunes filles» venues de milieux modestes en leur faisant miroiter des jobs dans le mannequinat. 

Les enquêteurs français cherchent désormais à savoir quelle était la nature de la relation entre Jean-Luc Brunel et Jeffrey Epstein, qui s'est suicidé en prison le 10 août dernier. 

Lire aussi : L'intendant d'Epstein a visité son appartement parisien juste avant l'ouverture de l'enquête

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»