Mort de Zineb Redouane : des centaines de personnes marchent à Marseille pour la vérité

- Avec AFP

Mort de Zineb Redouane : des centaines de personnes marchent à Marseille pour la vérité© GERARD JULIEN / AFP Source: AFP
images
Manifestation en hommage à Zineb Redouane en avril 2019.

Environ 500 personnes ont défilé à Marseille en souvenir de Zineb Redouane, octogénaire décédée le 2 décembre après avoir été touchée par un tir de grenade lacrymogène de police, lors d'un affrontement en marge d'un acte des Gilets jaunes.

Une marche blanche en hommage à Zineb Redouane réunissant environ 500 personnes s'est tenue à Marseille, le 15 septembre à l'appel d'une de ses filles, Milfet Redouane avec le soutien de sa fratrie. «Justice pour Zineb», a-t-on pu lire sur une banderole, tandis que les participants arboraient des ballons blancs et des portraits de la défunte, comme les images de l'événement publiées sur les réseaux sociaux l'attestent. 

«J'espère que la justice sera faite pour ma mère», avait déclaré Milfet Redouane sur les réseaux sociaux en appelant à la marche. 

«Je m'appelle Zineb, je suis née le 6 juillet 1938, aujourd'hui j'aurais 81 ans si vous ne m'aviez pas tuée. La vérité, je la connais, mais je ne peux pas témoigner, car vous m'avez assassinée», a déclaré une amie de la famille, lisant un texte lors de la marche blanche. 

Zineb n'est pas «seulement une victime collatérale» mais «une nouvelle victime de violences policières», a-t-elle insisté, citant les prénoms d'Adama Traoré, Rémy Fraisse et Steve Maia Caniço.

Milfet Redouane était au téléphone avec sa mère le 1er décembre au moment où cette dernière a été touchée par un tir de grenade lacrymogène, alors qu'elle s'apprêtait à fermer les volets de son appartement, au 4e étage de son immeuble. La femme de 80 ans était décédée le lendemain.

«Je crois très fort à ce que ma mère m'a dit au téléphone, et elle m'a dit qu'elle avait été visée. Elle est partie en demandant justice, qu'elle repose en paix, on ne lâchera pas», a insisté Milfet Redouane auprès de l'AFP, juste avant le début de la marche. 

Le 21 août, la Cour de cassation a ordonné le dépaysement à Lyon de l'enquête sur la mort de Zineb Redouane. Le parquet général d'Aix-en-Provence avait demandé ce dépaysement, réclamé par des avocats de la partie civile, pour la «sérénité» de l'information judiciaire et «dans l'intérêt d'une bonne administration de la justice». 

Lire aussi : Comment Castaner va-t-il mettre en place le nouveau maintien de l'ordre voulu par Macron ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»