Gilets jaunes : la famille de Zineb Redouane, tuée après un tir de lacrymogène, porte plainte

Gilets jaunes : la famille de Zineb Redouane, tuée après un tir de lacrymogène, porte plainte© @RT France
Marche des Gilets Jaunes à Argenteuil le 13 février 2019, avec Jérôme Rodrigues, pour rendre hommage aux blessés et à Zineb Redouane.

Zineb Redouane, 80 ans, avait trouvé la mort après qu'une grenade tirée par les forces de l'ordre a traversé sa fenêtre, lors d'une manifestation des Gilets jaunes en décembre. Sa famille va porter plainte. L'avocat demande le dépaysement du dossier.

La famille de Zineb Redouane a annoncé le 15 avril avoir porté plainte pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner». Cette décision intervient quatre mois après le décès de l'octogénaire, qui a trouvé la mort après un tir de grenade lacrymogène des forces de l'ordre, qui a traversé sa fenêtre lors d'une manifestation des Gilets jaunes le 1er décembre 2018 à Marseille.

Accourue à sa fenêtre pour fermer ses volets, Zineb Redouane avait reçu le projectile en plein visage. Malgré une intervention hospitalière en urgence, la vieille dame est décédée quelques heures plus tard. Des capsules actives de grenades lacrymogène MP7 ont été retrouvées au domicile de la victime.

L'avocat de la famille demande le dépaysement du dossier

La version des faits avancée par le procureur de Marseille Xavier Tarabeux, qui avait attribué la cause du décès à un arrêt cardiaque survenu durant l'opération en urgence de la vieille dame, est contestée par la famille. Yassine Bouzrou, l'avocat de la famille Redouane (par ailleurs également avocat des proches d'Adama Traore) ne parvient pas aux mêmes conclusions à la lecture du rapport d'autopsie, comme il l'a expliqué le 15 avril sur le plateau de RT France. Il réclame ainsi le dépaysement du dossier. 

Yassine Bouzrou a conclu que le tir de la grenade avait un lien avec le décès. L’avocat estime que les allégations du procureur sont fausses, et démenties par l'autopsie. 

Une information judiciaire avait donc été lancée pour rechercher les causes de la mort, et l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait été saisie.

Auteur: RT France

La fille de la victime, Milfet Redouane, avait écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour demander de bannir ces armes. «La vraie sagesse c’est d’interdire ces armes qui mettent la vie des autres en danger», avait-elle imploré.

Le 2 mars 2019, les proches de la Zineb Redouane avaient organisé une marche blanche pour la défunte à Marseille.

Des hommes politiques ont aussi salué la mémoire de l'octogénaire, tels Jean-Luc Mélenchon ou Danielle Obono, de La France insoumise. «Zineb Redouane, Marseillaise de 80 ans, est morte d'une grenade de désencerclement, monsieur Macron. Vous niez son existence ?», avait tempêté le leader des Insoumis.

Lire aussi : Une campagne d'affichage choc en l'honneur des Gilets jaunes mutilés (PHOTOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»