Fondamentalisme islamiste et scolarisation : Jean-Michel Blanquer a-t-il tordu la réalité ?

Fondamentalisme islamiste et scolarisation : Jean-Michel Blanquer a-t-il tordu la réalité ?© JEAN-PAUL PELISSIER Source: Reuters
Rentrée des classes 2019 dans une école de Marseille (image d'illustration).

Le ministre a affirmé qu'il y avait plus de filles que de garçons «qui ne vont pas à l'école maternelle pour des raisons sociétales». Or selon les chiffres officiels, les filles de deux ans sont plus nombreuses que les garçons à être scolarisées.

Invité de France Culture le 31 août le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a affirmé : «Aujourd'hui, il y a plus de petites filles que de petits garçons qui ne vont pas à l'école maternelle pour des raisons sociétales. Et appelons un chat un chat, le fondamentalisme islamiste dans certains territoires a fait que certaines petites filles vont à l’école le plus tard possible ou avec une assiduité plus faible.» Le propos se voulait un argument en faveur de l'abaissement à trois ans de l'âge de l'instruction obligatoire, voté cet été par le Parlement.

Or selon les informations de France Info, il s'agit d'une «approximation» de la part du ministre. Des chiffres sur le sujet sont d'ailleurs communiqués par l'institution qu'il dirige, dans un rapport sur la rentrée 2018 disponible en PDF sur internet. Celui-ci précise : «Les filles sont plus nombreuses à bénéficier de la scolarisation précoce.» Dans un tableau statistique, il est indiqué que 50,3% des élèves de deux ans dans les écoles publiques et privées sont des filles. Il n'y a que dans le privé que les filles sont minoritaires parmi les enfants scolarisés de deux ans (49,2%).

J'ai en tête tel ou tel endroit de France… Même si ça n'est pas significatif statistiquement

France Info indique ne pas être parvenu à vérifier la corrélation établie par Jean-Michel Blanquer entre le fondamentalisme islamique et la non-scolarisation des jeunes enfants. Toutefois, après avoir pris attache avec le cabinet du ministre, le média rapporte que le cabinet «reconnaît l'imprécision» et le cite : «Les propos du ministre faisaient référence à des signalements que nous avons de nos équipes laïcité en académie relativement à certains quartiers.» Un début d'explication ? Difficile d'en savoir plus... 

En tout état de cause, Jean-Michel Blanquer s'est engagé ce 2 septembre à la tenue d'un point laïcité à l'école «d'ici la fin du mois de septembre» et, réagissant à la nouvelle polémique, s'est défendu : «Ce n'est pas quelque chose de statistique, et même si ça concerne une dizaine de filles et pas des milliers ça doit évidemment faire partie des choses auxquelles on fait attention. Ce que j'ai dit c'est que sur le petit pourcentage d'enfants qui ne vont pas à l'école à 3 ans (2 à 3%), on observe que certaines filles n'y vont pas pour des raisons sociétales. [...] J'ai en tête tel ou tel endroit de France… Même si ça n'est pas significatif statistiquement.»

Lire aussi : Bac, retraites, sécurité : rentrée des classes musclée et grands chantiers pour Blanquer

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»