Quatre nouvelles permanences LREM endommagées

- Avec AFP

Quatre nouvelles permanences LREM endommagées© ©GUILLAUME SOUVANT Source: AFP
Sacha Houlié, député LREM de la Vienne

Dans la nuit du 7 août au 8 août, de nouvelles permanences de députés LREM ont été endommagées en opposition au CETA dans le département de la Vienne.

Quatre permanences de trois députés LREM ou MoDem de la Vienne ont été murées ou bâchées dans la nuit du 7 août au 8 août à Poitiers, Châtellerault et Loudun, par des agriculteurs protestant contre l'accord de libre-échange du CETA, ont dénoncé le 8 août les élus.

Les permanences à Poitiers des députés marcheurs Jacques Savatier et Sacha Houlié ont été partiellement ou totalement murées. 

Celle de Jacques Savatier a été murée avec des parpaings dont certains portaient l’inscription «Merci CETA» et celle de Sacha Houlié en partie murée avec des parpaings et de la paille.

La permanence de Nicolas Turquois (MoDem), lui-même agriculteur, a elle aussi été murée à Châtellerault. Une autre de ses permanences à Loudun a été bâchée avec l'inscription «Notre député renie ses racines ?» et une inscription anti-CETA signée FDSEA-JA (Jeunes agriculteurs). Des drapeaux de ces organisations ont également été retrouvés sur place.

«Il nous a trahis en votant le CETA. Cet accord n’impacte pas seulement les agriculteurs, les consommateurs le sont aussi», a affirmé un agriculteur rencontré sur place par un correspondant de l'AFP. 

«Consterné par le murage et les tags inscrits cette nuit devant ma permanence par des agriculteurs», a écrit sur Twitter Sacha Houlié.

«Que dire après nos longues discussions au cours desquelles la FDSEA 86 avait elle-même reconnu l’intérêt du CETA ? La violence ne masque pas l’hypocrisie et l’incohérence», ajoute le député.

«Je regrette» cette action, a-t-il ensuite déclaré à un correspondant de l'AFP, «je ne vais pas dire que je m’y attendais mais c’est devenu la mode de l’été», a-t-il déclaré.

«Je réprouve ces méthodes. On s’éloigne des principes de la démocratie», a affirmé de son côté Jacques Savatier, «j’ai passé beaucoup de temps sur le sujet du CETA, j’ai répondu aux interrogations des agriculteurs, notamment ceux des Jeunes Agriculteurs dans la Vienne. J’assume mon vote parce que j’ai travaillé sur le dossier».

«Je suis consterné», a affirmé de son côté Nicolas Turquois, en indiquant ne pas vouloir porter plainte. «Les syndicats qui font ça se trompent de message: ils confondent un risque théorique avec leurs vraies difficultés. Le CETA est une véritable opportunité pour la ferme France en général. C’est une réponse en forme de violence à l’égard d’élus qui ont pris leur décision en connaissance de cause», a-t-il insisté.

Toutes les permanences ont été nettoyées en début de matinée.

Lire aussi : «Les GJ triompheront !», symbole anarchiste : une nouvelle permanence LREM vandalisée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»