Plainte de Schiappa contre des Gilets jaunes : deux mois avec sursis et 2 000 euros d’amende requis

- Avec AFP

Plainte de Schiappa contre des Gilets jaunes : deux mois avec sursis et 2 000 euros d’amende requis© Eric FEFERBERG Source: AFP
Marlène Schiappa sur les bancs de l'Assemblée nationale (image d'illustration).

Six Gilets jaunes comparaissaient le 24 juillet au Mans après une plainte de la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa concernant une manifestation nocturne devant son domicile fin mai.

Des amendes allant jusqu'à 2 000 euros et des peines de deux mois avec sursis pour les personnes accusées d'injures ont été requises le 24 juillet devant le tribunal correctionnel du Mans contre six Gilets jaunes. La secrétaire d’État Marlène Schiappa avait porté plainte après une manifestation nocturne devant son domicile dans la nuit du 24 au 25 mai. Le tribunal rendra sa décision le 27 septembre.

«Les débats ont surtout porté sur des questions juridiques», a expliqué à l'AFP Maître Jean-Baptiste Vigin, qui défendait trois des six prévenus.

«Les faits ont été relativisés par rapport à la plainte [...] le parquet n'a pas pu démontrer l'existence de menaces de mort», a résumé l'avocat. La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes était absente à l'audience mais son conjoint était présent.

«Les injures à caractère sexiste et les agressions sonores pour lesquelles quatre des prévenus étaient cités devant le tribunal sont indéniablement constituées et nous attendons sereinement la décision qui sera rendue», a estimé à l'AFP maître Julia Minkowski, avocate de Marlène Schiappa. 

Après ces incidents, Marlène Schiappa avait annoncé sur son compte Facebook avoir été la cible de menaces «par une quarantaine de Gilets jaunes furieux». Selon son compte-rendu, ces manifestants «ont déboulé devant chez nous sous nos fenêtres en hurlant des slogans agressifs, des menaces de mort, en jetant des pétards vers la maison avec des outils, sifflets, cornes de brunes». La secrétaire d'Etat avait notamment souligné l'impact sur ses enfants, réveillés brutalement, de cette visite nocturne.

Selon une vidéo diffusée sur Facebook, l'arrêt devant le domicile de Marlène Schiappa avait duré moins de trois minutes. Les manifestants déambulaient alors dans la ville depuis deux heures en faisant le tour des élus de la République en Marche (LREM).

Lire aussi : «Violemment tirée du lit par une quarantaine de gilets jaunes», Marlène Schiappa porte plainte

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»