«Violemment tirée du lit par une quarantaine de gilets jaunes», Marlène Schiappa porte plainte

«Violemment tirée du lit par une quarantaine de gilets jaunes», Marlène Schiappa porte plainte© KENZO TRIBOUILLARD Source: AFP
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations (image d'illustration).

Sur les réseaux sociaux, Marlène Schiappa a annoncé avoir déposé une plainte. Elle accuse des Gilets jaunes d'avoir fait irruption dans la nuit du 24 au 25 mai, devant son domicile du Mans.

Ce 27 mai, Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, a annoncé avoir déposé une plainte après le récent tapage nocturne d'une quarantaine de Gilets jaunes devant sa «maison familiale» du Mans.

C'est sur Facebook, au lendemain de la soirée électorale, que la haute fonctionnaire a décidé de raconter la scène qui se serait déroulée dans la nuit du 24 au 25 mai.

«Peu avant une heure du matin, nous avons été violemment tirés du lit par une quarantaine de gilets jaunes furieux qui ont déboulé devant chez nous sous nos fenêtres en hurlant des slogans agressifs, des menaces de mort, en jetant des pétards», décrit alors Marlène Schiappa qui explique que ses deux enfants ont été réveillés par le vacarme. «Mon mari est sorti pour entamer un dialogue, rejeté au profit de la persistance de l’action violente – mais sa simple présence les a fait reculer», ajoute-t-elle.

En tout état de cause, évoquant le franchissement d'«une ligne rouge», la secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre a annoncé avoir déposé plainte avant de conclure : «Je donne rendez-vous à ces Gilets jaunes en pleine journée, sans leurs pétards et leurs outils, sans enfants à terroriser, dans la salle du tribunal pour répondre de leurs actes devant la justice.»

Une campagne d'affichage réalisée en début d'année au sein du mouvement, visait déjà directement des membres du gouvernement, dont Marlène Schiappa, pour dénoncer l'attitude du gouvernement face à l'accumulation des centaines de cas de manifestants blessés lors des manifestations.

Par ailleurs, ce n'est pas la première fois que la résidence d'un membre de la majorité présidentielle est visée par des perturbations ou des dégradations. Au mois de février 2019, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez évoquait pas moins de 80 cas de permanences ou de domiciles de parlementaires visés depuis le début des Gilets jaunes

Lire aussi : Domicile et véhicule tagués à la peinture : le Gilet jaune Eric Drouet dépose plainte

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»