Gilets jaunes : deux mois de prison avec sursis pour l’homme qui avait invectivé Alain Finkielkraut

Gilets jaunes : deux mois de prison avec sursis pour l’homme qui avait invectivé Alain Finkielkraut Source: AFP
Alain Finkielkraut lors de son arrivée au tribunal de Paris, le 22 mai 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le Gilet jaune qui avait insulté le philosophe Alain Finkielkraut en marge de l'Acte 14 a été condamné à deux mois de prison avec sursis. Le tribunal a considéré que l'antisionisme affiché du prévenu était assimilable à de l'antisémitisme.

L’homme qui avait injurié le philosophe polémiste Alain Finkielkraut, en marge de l’Acte 14 des Gilets jaunes, a été condamné à deux mois de prison avec sursis. «Espèce de sioniste», «grosse merde», «elle est à nous, la France», «sale race» ou encore «t’es un haineux et tu vas mourir», avait lancé Benjamin W. à l'endroit de l’académicien.

Alain Finkielkraut ne s’était pas constitué partie civile dans cette affaire, même s’il était venu apporter son témoignage à la barre. Le ministère public, le seul à avoir engagé des poursuites donc, avait requis une peine de six mois de prison avec sursis.

Un antisémitisme déguisé en antisionisme selon le tribunal

Le tribunal a estimé que ces propos «apparaissent viser Alain Finkielkraut comme personne de confession juive, par le recours aux stéréotypes habituels antisémites, décrivant les personnes de confession juive comme n'appartenant pas à la communauté nationale».

«Les injures apparaissent ici avoir été proférées à raison de la religion de la personne visée, le terme "sioniste" venant ici purement et simplement dissimuler le caractère antisémite des propos», d’après la décision du tribunal.

Elhamamouchi Ouadie, l’avocat du prévenu, a annoncé son intention de faire appel du verdict. «Mon client conteste tout antisémitisme et on considère qu'il y a un deux poids, deux mesures, quand on voit les propos tenus régulièrement sur tous les plateaux télévisés par Alain Finkielkraut et qui n'ont jamais été repris par le ministère public», a-t-il précisé.

Lors de l’audience, le père de famille a expliqué avoir été motivé par sa «cause de cœur», «la cause palestinienne», qui l’avait poussé a injurié le philosophe. Par ailleurs, Benjamin W. a indiqué s’en être pris à Alain Finkielkraut en raison de ses positions «sionistes» et conteste la caractère antisémite de ses propos.

Lire aussi : Alain Finkielkraut n'a pas envie de voir les femmes jouer au football

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix