L'homosexualité serait «une maladie» ou «une perversion sexuelle» pour 63% des Français musulmans

L'homosexualité serait «une maladie» ou «une perversion sexuelle» pour 63% des Français musulmans© GEORGES GOBET Source: AFP
Un drapeau LGBT peint sur un trottoir le 17 mai 2018 à Périgueux (image d'illustration).

C'est l'enseignement principal d'une étude menée par l'IFOP : les musulmans sont les citoyens français qui tolèrent le moins l'homosexualité. Pire, 63% d'entre eux verraient dans cette orientation sexuelle «une maladie» ou «une perversion sexuelle».

Comment les Français perçoivent-ils l’homosexualité ? C'est la question que s'est posée l'institut de sondage IFOP. A la lecture de leur étude publiée ce 26 juin, il ressort que l'avis des Français a fortement évolué à ce sujet depuis les années 1970. Ainsi, alors qu'en 1975 seuls 24% des Français interrogés confiaient qu'une telle orientation sexuelle était «une manière acceptable de vivre sa sexualité», 85% d'entre eux sont désormais de cet opinion. Néanmoins, l'Institut note une forte disparité entre les catégories de la population hexagonale, certaines faisant montre d'une plus forte tolérance que d'autres à l'endroit de l'homosexualité.

Ainsi, les populations ayant un faible niveau socioculturel ou un niveau social inférieur à la moyenne se montrent par exemple généralement moins tolérantes à l'égard de cette minorité sexuelle. La pratique de la religion est également un marqueur de tolérance, l'étude soulignant que les Français se revendiquant comme pratiquant sont moins enclins à accepter l'homosexualité.

Les musulmans : la catégorie de la population la plus homophobe 

Parmi cette catégorie, une religion se distingue : l'islam. A chaque question posée par l'Institut, les Français musulmans se disent en effet beaucoup moins tolérants – et de loin – à l'égard des homosexuels, que tout autre catégorie de la population visée par l'IFOP. 63% d'entre eux qualifient d'ailleurs cette orientation sexuelle de «maladie» ou de «perversion sexuelle».

Par comparaison, une proportion trois fois plus faible de catholiques pratiquants (20%) ont répondu de la même manière à cette question. La tendance est lourde : à chaque question posée, les musulmans de France se montrent en effet bien moins enclins à accepter l'homosexualité que leurs compatriotes.

Dans le détail, ils ne sont que 20% à s'imaginer bien accepter l'homosexualité éventuelle de leur progéniture (contre 68% des catholiques pratiquants), près de 30% à estimer que «les violences contre les homosexuels sont parfois compréhensibles» (contre 11% des catholiques pratiquants) ou encore seulement 37% à confier que «l'homosexualité est une manière acceptable de vivre sa sexualité» (contre 78% chez les catholiques pratiquants).

Lire aussi : Homophobie en banlieue ou stigmatisation ? Vif échange à la Gay Pride de Saint-Denis (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»