Pourquoi Charline Vanhoenacker s'est-elle attiré les foudres de Maïsto et Ardisson ?

Pourquoi Charline Vanhoenacker s'est-elle attiré les foudres de Maïsto et Ardisson ?© Joël Saget Source: AFP
La journaliste belge Charline Vanhoenacker pose pour l'AFP à Paris le 3 novembre 2015.

Dans une interview, l'animatrice n'a pas mâché ses mots concernant certains médias français. Qualifiant les uns de «putassier», les autres de «soraliens», elle s'est attirée la colère de Thierry Ardisson et du patron de Sud Radio Didier Maïsto.

Charline Vanhoenacker ne s'est pas fait de nouveaux amis. Des propos sans concession tenus dans une interview accordée au Parisien le 23 juin par la chroniqueuse de France Inter ont en effet déclenché l'ire de l'homme de télévision Thierry Ardisson et de Didier Maïsto, le patron de Sud Radio. Dans cet entretien, la journaliste belge, animatrice avec ses compères Alex Vizorek et Guillaume Meurice de l'émission satyrique «Par Jupiter !» n'a pas hésité à attaquer frontalement certains médias français.

«Je suis toujours hallucinée qu'on déroule le tapis rouge à l'extrême droite. [...] Les médias sont responsables de la banalisation de ses idées. Surtout ceux comme Sud Radio dont les théories d'Alain Soral sont le fonds de commerce», a notamment déclaré Charline Vanhoenacker.

Il n'en fallait pas plus pour déclencher la fureur de Didier Maïsto, le patron de Sud Radio, récemment embarrassé par l'affaire Etienne Chouard. Il a ainsi exigé des excuses publiques de la part de Sibyle Veil, présidente de Radio France. Didier Maïsto estime à cet égard que Charline Vanhoenacker a insulté par ses propos «les millions d'auditeurs» et toute l'équipe de Sud Radio.

Invitée à commenter l'arrêt de l'émission de Thierry Ardisson Les Terriens du samedi sur Canal+, l'animatrice de France Inter n'y est pas non plus allée avec le dos de la cuillère. «Moi, je suis ravie que ça s'arrête car c'était très putassier, a-t-elle déclaré. Il n'y a pas une semaine où on ne s'est pas moqué de lui. Les Terriens comme On n'est pas couché n'existeraient pas en Belgique.»

Lors d'un passage sur France Inter le 24 juin dans l'émission de Léa Salamé, en présence Charline Vanhoenacker, Thierry Ardisson a rappelé à la chroniqueuse que l'arrêt de son émission mettait 100 personnes au chômage et qu'il n'y avait donc pas de quoi se réjouir surtout pour une personne de gauche comme elle.

L'animateur vedette du PAF a conclu son intervention en affirmant : «les leçons de Charline, j'en ai rien à foutre.»

Arborant une sourire taquin, Charline Vanhoenacker n'a pas souhaité répondre à Thierry Ardisson.

Lire aussi : Chambres à gaz : Etienne Chouard exprime ses regrets et quitte Sud Radio

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»