Une conseillère municipale convoquée par la police pour une série de tweets jugés homophobes

Une conseillère municipale convoquée par la police pour une série de tweets jugés homophobes
Capture d'écran Twitter @AgnesCerighelli

A la suite de plaintes de plusieurs associations de défense LGBT, une élue municipale de Saint-Germain-en-Laye a été convoquée par la police pour des tweets jugés homophobe. Ses sorties choc régulières lui ont valu une exclusion des rangs de LREM.

Simple conseillère municipale de la ville de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), Agnès Cerighelli peut se targuer d'une certaine notoriété, certes sulfureuse, sur les réseaux sociaux. Une série de tweets, publiés sur son compte les 25, 28 et 29 mars 2019, lui ont valu d'être convoquée par la police le 17 juin.

Dans un tweet, publié à sa sortie du commissariat, l'élue s'estime «traumatisée». «Mon audition s’est accompagnée de l’enregistrement de mon ADN et mes empreintes génétiques», a-t-elle écrit, s'interrogeant : «Comment peut-on criminaliser un tweet en France en 2019 ?»

La procédure fait suite à des dépôts de plainte par des associations : SOS homophobie, Aides ou encore Stop homophobie. Malgré tout, Agnès Cerighelli a défié les forces de l'ordre en publiant le 14 juin dernier son procès verbal de convocation, en prenant soin de surligner en jaune fluo l'identité du gardien de la paix.

Le Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) a vivement protesté, faisant remarquer que l'élue municipale avait en revanche masqué sa propre adresse sur le document.

Les plaintes, expliquait en avril le magazine consacré à la communauté homosexuelle Têtu, ont été déposées avec constitution de partie civile, notamment «sur le fondement de trois infractions : divulgation de fausses nouvelles, incitation à la haine en raison de l'orientation et de l'identité de genre et injures à l'égard de la communauté LGBT».

Sur son fil Twitter, Agnès Cerighelli, qui était adhérente de La République en marche (LREM) avant d'en être exclue, dénonçait le «prosélytisme» et «l'invention des LGBTphobies pour homosexualiser la jeunesse».

Dans un autre tweet, dénoncé par SOS homophobie, l'ex-marcheuse comparait le fait d'arborer le drapeau arc-en-ciel gay au port de l'étoile jaune par les juifs lors de l'Occupation.

Lire aussi : Homophobie en banlieue ou stigmatisation ? Vif échange à la Gay Pride de Saint-Denis (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»