Le Panthéon, «déchetterie casher» pour Alain Soral : le parquet requiert un an ferme

- Avec AFP

Le Panthéon, «déchetterie casher» pour Alain Soral : le parquet requiert un an ferme© LOIC VENANCE Source: AFP
Alain Soral.

En 2018, après l'inhumation de Simone Veil au Panthéon, Alain Soral avait tenu des propos qui lui ont valu d'être poursuivi en justice. L'essayiste a déjà été condamné à plusieurs reprises, notamment pour provocation à la haine raciale.

Un an de prison ferme a été requis ce 5 juin à Paris à l'encontre de l'essayiste Alain Soral pour avoir qualifié le Panthéon de «déchetterie casher» dans une vidéo postée en juillet 2018 sur son site internet, Egalité et réconciliation.

Alain Soral, qui n'était pas présent à l'audience, était jugé pour «injure publique à caractère antisémite» et pour «provocation publique à la haine». «On a toute la famille [de Simone] Veil qui vient d'y rentrer, et puis là ils veulent peut-être presque nous mettre [Claude] Lanzmann [réalisateur du documentaire Shoah]», avait ainsi lancé Alain Soral dans cette vidéo, après l'inhumation d'Antoine et Simone Veil, le 1er juillet 2018.

Alain Soral a tenu «des propos qui sont l'expression de la haine», a résumé le représentant de l'accusation, cité par l'AFP. «Les propos de Soral sont de la provocation, pas des actes appelant à la violence», a plaidé de son côté l'avocat de la défense, Damien Viguier.

Soral est devenu synonyme d'antisémite professionnel

Au sujet du terme «déchetterie», l'avocat a suscité, selon l'AFP, l'indignation des parties civiles en faisant un lien entre les corps entreposés au Panthéon et les «cadavres» d'enfants résultant d'après lui des avortements légalisés par Simone Veil. «Aujourd'hui, Soral c'est la marque de l'antisémitisme. Soral est devenu synonyme d'antisémite professionnel», a affirmé pour sa part Stéphane Lilti, avocat de l'association «J'ACCUSE !», qui s'était constitué partie civile, aux côtés de SOS Racisme et de la Licra.

Alain Soral multiplie les condamnations devant les tribunaux pour ses propos. En janvier dernier, l'essayiste avait déjà été condamné à un an de prison ferme, sans mandat d'arrêt, pour avoir injurié un magistrat et tenu des propos antisémites sur son site internet. Le 15 avril, l'essayiste avait été condamné à un an ferme pour négationnisme dans une affaire distincte. Le tribunal correctionnel avait alors ordonné un mandat d'arrêt contre lui, que le parquet avait refusé d'exécuter, estimant qu'il n'avait pas de base légale.

Lire aussi : Présidents d'associations et personnalités s'indignent du maintien en liberté d'Alain Soral

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»