Gilles Le Gendre forcé de réagir à un tweet polémique de la liste Renaissance

Gilles Le Gendre forcé de réagir à un tweet polémique de la liste Renaissance© Ludovic Marin Source: AFP
Gilles Le Gendre, chef des députés LREM à l'Assemblée nationale, à l'Elysée le 4 février 2019 à Paris.

Un tweet du compte de la liste Renaissance sous-entendait que le père de Gilles Le Gendre l'avait converti à la cause européenne à sa sortie d'un camp de prisonniers allemand. Le chef des députés LREM a démenti cette information.

Gilles Le Gendre, le patron de La République en Marche (LREM) à l'Assemblée nationale, a dû démentir une approximation malvenue produite par le compte Twitter de la liste Renaissance (la liste de la majorité présidentielle) pour les élections européennes. La formulation d'un tweet laissait entendre que son père lui avait professé l'amour de l'Europe dès sa sortie de camp de prisonniers allemand de la Seconde guerre mondiale. Or le chef de file des marcheurs ne pouvait pas recevoir un tel enseignement en 1945, puisqu'il n'a vu le jour qu'en 1958...

«Celui qui m’a inculqué le rêve européen, c’est mon père. Il était un officier français emprisonné en Allemagne pendant la guerre. Quand il est rentré, il m’a dit : "Il faut construire l’Europe"», avait formulé l'équipe de campagne dans le tweet, selon une interprétation aussi émotionnelle qu'abusive de la vidéo de Gilles Le Gendre qu'elle a diffusée.

«Seul le prononcé fait foi» : Gilles Le Gendre a personnellement et sobrement réfuté l’interprétation des responsables du compte de Renaissance, un peu prestes pour dérouler un narratif lyrique d'une adhésion corps et âme à l'Union, l'un des leitmotiv de la liste Renaissance. 

Dans la vidéo en question, Gilles Le Gendre explique, très exactement : «Mon père était en captivité pendant cinq ans en Allemagne. C’était un officier, il était prisonnier. Il n’était pas dans un camp de concentration, il était dans un camp de prisonniers, ça n’avait rien à voir». Et de poursuivre : «Mais pendant cinq ans, il a été en captivité et quand j’étais enfant il me racontait sa captivité, il me racontait ses évasions ratées, les trois ratées. Il est rentré en 45 en France, et il le racontait sans haine, sans esprit de vengeance et il disait : “Il faut construire l’Europe”.» Gilles Le Gendre n'a donc à aucun moment affirmé que son père lui avait transmis le goût de l'Europe en «rentrant» des camps de prisonniers.

De nombreux internautes et quelques personnalités avaient épinglé l'erreur historique de l'équipe digitale de Renaissance, comme l'avocat Régis de Castelnau, qui a dénoncé la bévue historique : «V’la Legendre né en 1958 qui a accueilli son père retour de captivité en 1945.»

Face à la polémique naissante, Gilles Le Gendre a invité à écouter la vidéo dans son intégralité. «Qu’ils écoutent et voient ce que j’ai dit», a-t-il tweeté, bien contraint de désavouer les contenus de communication de son propre camp. 

Lire aussi : LREM pris à son propre piège du «renouvellement permanent» à l'Assemblée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»