Pour Raffarin, voter LREM aux européennes ne veut pas dire soutenir Emmanuel Macron

Pour Raffarin, voter LREM aux européennes ne veut pas dire soutenir Emmanuel Macron© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT Source: AFP
Jean-Pierre Raffarin le 9 mai 2017 à Paris (image d'illustration).

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac défend une position iconoclaste : voter pour la liste du parti présidentiel aux européennes... sans pour autant soutenir Emmanuel Macron sur le plan national. Une question d'«influence» de la France.

François-Xavier Bellamy appréciera. L'ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin (Les Républicains), a réaffirmé le 10 mai son soutien à la liste de la majorité LREM pour les élections européennes pour ne pas «affaiblir» Emmanuel Macron en Europe, ce qui «ne veut pas dire qu'on soutient» le président en France.

«Aujourd'hui, on a un homme qui défend les intérêts de la France, par fonction, qui est le président de la République. Quel est notre intérêt : d'affaiblir celui qui défend nos intérêts ?», a ainsi déclaré Jean-Pierre Raffarin sur RMC et BFMTV.

Qui doit avoir de l'influence ? Orbán, Merkel ou Macron ? Voilà le vrai enjeu

«Aujourd'hui, nous ne sommes pas dans une compétition de clubs, dans une compétition de partis, nous sommes dans une compétition d'équipes nationales. Qui doit avoir de l'influence ? Orbán, Merkel ou Macron ? Voilà le vrai enjeu», a insisté l'ex-Premier ministre de Jacques Chirac.

«Je suis toujours aux Républicains», explique Jean-Pierre Raffarin

«Ce n'est pas une réflexion partisane. Ça ne veut pas dire qu'on soutient monsieur Macron si on vote pour sa liste aux européennes», a-t-il de nouveau expliqué, alors que plusieurs maires de droite classés parmi les «Macron-compatibles» ont apporté leur soutien à la liste des Républicains (LR) conduite par François-Xavier Bellamy.

«Je reste du centre droit, dans la grande famille du centre droit. Je suis toujours aux Républicains», mais «aujourd'hui, la droite et le centre, on a plusieurs adresses : ceux qui sont avec Xavier Bertrand, ceux qui sont avec Christian Estrosi, ceux qui sont avec Valérie Pécresse, ceux qui sont déjà chez Macron», a-t-il énuméré, sans mentionner le président de LR Laurent Wauquiez.

«Un jour ou l'autre, je souhaite qu'il y ait un "Epinay" de la droite et du centre, pour qu'on puisse se rassembler, mais aujourd'hui il ne s'agit pas d'une compétition de partis, mais de défendre les intérêts de la France», a-t-il insisté en référence au congrès de 1971 où François Mitterrand a fondé l'union de la gauche.

Lire aussi : LREM dévoile un jeu vidéo dans lequel Nathalie Loiseau combat Mélenchon et les méchants populistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»