LREM dévoile un jeu vidéo dans lequel Nathalie Loiseau combat Mélenchon et les méchants populistes

LREM dévoile un jeu vidéo dans lequel Nathalie Loiseau combat Mélenchon et les méchants populistes© Capture d'écran/superjambros.lesjam.fr
La tête de liste de LREM pour les européennes, Nathalie Loiseau, mis en scène dans Super Jam Bros face à «Melanrus», contraction de Mélenchon et de Russie.

Les Jeunes avec Macron (JAM) ont mis en ligne un jeu vidéo dans lequel il est possible d'incarner Nathalie Loiseau. Celle-ci doit retrouver toutes les étoiles européennes dérobées par ses ennemis populistes... et supposément pro-russes.

Vous n’en rêviez pas ? Le mouvement des Jeunes avec Macron l’a fait. Depuis le 9 mai, il est désormais possible de contrôler la tête de liste de LREM pour les élections européennes, Nathalie Loiseau, dans un jeu vidéo. Baptisé «Super Jam Bros», en référence à Super Mario, le joueur doit aider l’ancienne présidente de l’ENA à progresser dans la capitale afin de récupérer les étoiles du drapeau européen. Au cours de son aventure, elle doit affronter ses adversaires «populistes» représentés par Donald Trump, Matteo Salvini, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, renommé «Melanrus» pour l’occasion, contraction de son nom de famille et de... la Russie. Il fallait y penser. Développé par le studio allemand AdAsGame, BFMTV estime le prix de l’opération «entre 5 000 et 10 000 euros».

Le député de La France insoumise (LFI), Alexis Corbière, a immédiatement réagi sur Twitter : «Recopiant ce que nous avions fait (en mieux), les macronistes nous représentent dans un jeu vidéo comme alliés de la Russie. Qui dira à ses tocards que leur gouvernement vend des armes à l'infâme monarchie saoudienne qui bombarde des civils au Yémen et condamne les homosexuels?»

En effet, lors de la campagne présidentielle de 2017, LFI avait également sorti son propre jeu vidéo, «Fiscal Kombat», dans lequel Jean-Luc Mélenchon devait lever des fonds pour financer ses promesses de campagne en faisant les poches de Jérôme Cahuzac, Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron ou encore l’ancien président du Medef Pierre Gataz.

Lire aussi : «La paix n'est plus un acquis» : le discours anxiogène du programme européen de LREM sur la défense

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»