Le sort de Camelia, militante enceinte arrêtée le 1er mai et menacée d'expulsion, suscite l'émoi

Le sort de Camelia, militante enceinte arrêtée le 1er mai et menacée d'expulsion, suscite l'émoi© Zakaria ABDELKAFI Source: AFP
Manifestants à Montparnasse à Paris le premier mai (image d'illustration).

La décision de la Préfecture de police d'expulser du territoire une ressortissante espagnole vivant en France depuis 17 ans, interpellée en marge des manifestations du 1er mai, a suscité de vives réactions. Elle a fait appel de cette décision.

Plusieurs personnalités politiques et militants se sont émus du sort dévolu à Camelia, 34 ans, militante pacifiste habituée à participer à des manifestations avec une grande pancarte indiquant : «Fin du monde, fin du mois, même combat».

Enceinte de deux mois, la ressortissante espagnole qui réside en France depuis 17 ans a été interpellée le 1er mai 2019 à Paris alors qu'elle se rendait à un pique-nique «climatique, social et démocratique» organisé à 12h30 place Montparnasse, au départ de la manifestation des Gilets jaunes et des syndicats (organisée pour 14h30). 

A l'issue d'une garde-à-vue de 34 heures, la militante s'est vue adresser une obligation de quitter le territoire français (OQTF) par la préfecture et a été immédiatement placée en centre de rétention administrative, dans l'attente de son expulsion vers son pays d'origine. 

Selon Libération, la Préfecture accuse la jeune femme d'avoir participé à «un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations et port d’arme». L'arme en question serait un bouclier portant l'inscription «Je suis une utopiste pacifiste».

Outre les milieux militants, le sort de la jeune femme a indigné plusieurs responsables politiques de gauche. «Cette atteinte de plus à nos libertés est inacceptable», a notamment dénoncé l'élu La France insoumise (LFI) de Paris Danielle Simonnet. 

«Une femme enceinte qui protège son ventre est donc une menace pour l’ordre public», s'est de son côté interrogé le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure. 

Menace à «l’ordre public»

Camelia, toujours selon le Libération, a fait l'objet d'une mesure d’expulsion car elle «représente une menace à l’ordre public», selon la préfecture et qu'elle constituerait «une charge déraisonnable pour l’Etat français». 

La préfecture précise que Camelia ne peut justifier d'«aucune assurance maladie » en France ou en Espagne et ne bénéficie pas de «ressources suffisantes ». Le droit européen permet en effet aux Etats membres de procéder à ce genre de mesure si un citoyen européen représente une menace et/ou une charge trop importante sur le système social du pays d’accueil. 

L'intéressée et ses soutiens nient ces arguments au titre que la jeune femme vit en France depuis 17 ans, y a accompli ses études, y a travaillé et qu'elle est employée en CDI depuis 2017, ce qui lui fait bénéficier automatiquement de la sécurité sociale. Quand au délit supposé dont elle serait responsable, il est jugé dérisoire par ses soutiens, au regard de la sévérité de la mesure prise à l'encontre de la jeune femme. 

La jeune femme a été libérée le 5 mai à 18h après qu'un juge des libertés et de la détention (JDL) a jugé irrégulier son placement en centre de rétention, mais elle fait toujours l'objet d'une obligation de quitter le territoire. Elle a fait appel de la décision, un recours qu'un juge administratif doit désormais examiner. 

Lire aussi : 1er mai : premiers heurts avec les forces de l'ordre à Paris (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»