1er Mai : nombreuses interpellations et tensions à Paris (EN DIRECT)

Cette année, la fête du travail s'inscrit dans un contexte sécuritaire difficile. En plus de la simple gestion sécuritaire des traditionnels défilés, l'exécutif devra sans doute prévenir les agissements des Black blocs.

Mise à jour automatique
  • Les manifestants entonnent un «joyeux anniversaire» dédié à Alexandre Benalla. 

  • Selon le ministère de l'Intérieur, 164 500 manifestants ont été recensés en France dont 28 000 à Paris. 

  • Le calme est revenu au niveau de la place d'Italie (13e arrondissement de Paris). Plus tôt, des heurts avaient éclaté entre forces de l'ordre et manifestants. 

  • Des personnes commencent à arriver place de la Contrescarpe, où un rassemblement est prévu à 19h pour célébrer «l'anniversaire» d'Alexandre Benalla. Il y a un an, l'ex-conseiller d'Emmanuel Macron avait été surpris en train de violenter un couple au même endroit. «Fêtons notre anniversaire commun, entre lui et tous les manifestants tabassés avec zèle et amour de la République !», écrivent sur Facebook les Cerveaux non disponibles, une page affirmant diffuser une «information alternative et indépendante sur le mouvement des Gilets Jaunes».

  • Un drone survole la place d'Italie, théâtre de violences. Le 30 avril, alors qu'il évoquait son dispositif concernant les manifestions du 1er mai dans la capitale, le préfet de Paris Didier Lallement avait affirmé que des drones seraient utilisés comme «moyens de voir ce qui se passe dans certaines rues». 

  • A Toulouse, les quelques Gilets jaunes encore présents sont plongés dans un nuage de gaz lacrymogène.

  • Selon notre reporter Lucas Léger, un manifestant a été blessé lors d'une charge des forces de l'ordre au niveau de la place d'Italie (13e arrondissement de Paris). 

    Peu avant, on peut voir ces mêmes forces de l'ordre disperser les manifestants avant de reculer. 

  • A Toulouse, les forces de l'ordre dispersent sans ménagement les manifestants. 

Découvrir plus

Les traditionnelles manifestations du 1er Mai s’inscrivent cette année dans un contexte sécuritaire sensible. Particulièrement actifs lors des dernières mobilisations des Gilets jaunes, de nombreux Black blocs sont attendus à Paris mais également en province. Selon les services de renseignements, 1 500 à 2 000 de ses membres pourraient perturber les défilés des syndicats rien que dans la capitale.

«Une des difficultés c'est qu'on a un nombre plus important de personnes [avec le défilé syndical]», donc il est plus facile pour ces ultras de se noyer dans la masse, de sortir et de se remettre dans la masse»,  a expliqué le 30 avril Christophe Castaner lors d'un point presse au ministère de l'Intérieur. 

Face à cette menace, l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, entend afficher sa fermeté : plus de 7 400 policiers et gendarmes seront mobilisés rien qu’à Paris. Les manifestations ont été interdites par la préfecture au niveau de l’avenu des Champs-Elysées, aux abord de l’Assemblée nationale ou encore les places de la Concorde et l’Etoile.

Comme le rappel l’arrêté pris par la préfecture de Paris, «les propriétaires ou exploitants des commerces, débits de boissons et restaurants installés place du 18 Juin 1940, boulevard du Montparnasse, boulevard de Port Royal, boulevard Saint-Marcel, boulevard de l'Hôpital et place d'Italie» ont été sommés de baisser le rideau en vue de la manifestation intersyndicale.

Aux côtés des syndicats, Gilets jaunes et militants contre le réchauffement climatique donneront de la voix 

Au sein des cortèges, les syndicats croiseront de nombreux Gilets jaunes. Déçus, pour la plupart, par les annonces d’Emmanuel Macron censées répondre à leurs revendications, ils entendent bien prouver la pérennité du mouvement après 24 semaines de mobilisation. Sur Facebook, les appels à battre le pavé à Paris et en province à l’occasion de la fête du travail se sont multipliés sur Facebook au cours de ces derniers jours.

Enfin, la thématique du réchauffement climatique sera présente dans les défilés du 1er Mai.A Paris, un cortège s’élancera du Panthéon à 11h pour arriver aux abords de de la gare Montparnasse, où un «pique-nique climatique social et démocratique», sera organisé avant le départ du cortège unitaire.

Lire aussi : «Sous l’eau», «rincé», «essoré» : Emmanuel Macron serait «proche du burn-out» selon ses proches

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»