Hidalgo, Baroin... 12 maires écrivent à l’Etat pour dénoncer la «situation indigne» des migrants

Hidalgo, Baroin... 12 maires écrivent à l’Etat pour dénoncer la «situation indigne» des migrants   © Christophe Archambault Source: AFP
Migrante portant son bébé, à Porte d'Aubervilliers, le 9 avril 2019 (image d'illustration).

12 maires de divers bords, d’Anne Hidalgo à François Baroin, en passant par Eric Piolle, ont adressé une lettre à l’Etat, le pressant d’agir au plus vite, afin d'offrir un hébergement digne aux migrants.

12 maires, de diverses sensibilités politiques, ont décidé d'en appeler à l'Etat qui, selon eux, n'assume «pas ses responsabilités» en matière d'hébergement des migrants.

Anne Hidalgo (Paris), les édiles de Troyes (François Baroin), Bordeaux, Nantes, Bordeaux, Lille ou encore Grande-Synthe… Ces maires de grandes villes se retrouvent confrontés à des problèmes de campements sauvages de migrants. Ils ont donc adressé une lettre ouverte aux ministres de l’Intérieur Christophe Castaner et du Logement Julien Denormandie, pour en appeler à l'action de l'Etat. Ces maires, rejoints par quelques élus de Saint-Denis, Grenoble ou Metz, se sont réunis à la porte d'Aubervilliers, dans le XIXe arrondissement de Paris, où sont installées des tentes de migrants, faire valoir leur position au soir du 24 avril. 

Ils dénoncent «une situation humanitaire qui ne cesse de se dégrader», déplorant le fait que des migrants doivent vivre «dans des conditions de plus en plus intolérables». En cause : le manque de places d'hébergement. Ils mentionnent aussi le fait que malgré les «dispositifs mis en place par l'Etat», les «besoins restent largement supérieurs à l'offre».

Les besoins restent largement supérieurs à l'offre

«[Cette] crise de l’accueil des réfugiés que connaît l’ensemble de notre pays [...] appelle nécessairement une réponse nationale», expliquent-ils. «Garantir un hébergement digne relève d'une responsabilité de l'Etat», rappellent-ils, tout comme «le maintien de la tranquillité» dans ces quartiers très «éprouvés» par la présence de campements. «Nous devons construire collectivement une réponse au défi que pose l’accueil des réfugiés en France», écrivent-ils. Ils souhaitent faire valoir leur expérience du terrain et les solutions qu'ils ont déjà adoptées tout en espérant être reçus ensemble par les deux ministres afin de résoudre cette crise.

A Paris, à la Porte de la Chapelle, entre 800 et 1 500 migrants, selon les chiffres de France Terre d'Asile, se sont installés en bord de périphérique dans des conditions d'hygiène et de sécurité déplorables. Le week-end du 5 avril a été émaillé par de nombreuses rixes : des Afghans, des Soudanais et des Erythréens se sont affrontés, faisant de nombreux blessés. Le 11 et le 12 avril, des opérations d’évacuation ont conduit à la prise en charge 387 personnes de ce campement. 

Lire aussi : Candidat à la mairie de Paris, il renomme la porte de la Chapelle «porte de la tiers-mondisation»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»