«Vermine», «idiots utiles des Gilets jaunes» : le journaliste Renaud Dély revient sur son tweet

«Vermine», «idiots utiles des Gilets jaunes» : le journaliste Renaud Dély revient sur son tweet© Zakaria ABDELKAFI Source: AFP
Le cortège de Gilets jaunes à Paris, lors de l'acte 23 de la mobilisation le 20 avril 2019.

Après le tollé engendré par son tweet publié au lendemain de l'acte 23 des Gilets jaunes, l'éditorialiste politique de France info Renaud Dély est revenu sur ses propos, expliquant s'excuser «auprès de ceux qui se sont sentis visés à tort».

Tôt dans la matinée de ce 22 avril, le journaliste Renaud Dély a publié un double tweet expliquant pourquoi il avait retiré sa publication de la veille, dans laquelle il avait écrit : «Et dire que pendant que cette vermine parade chaque samedi, il est encore des "idiots utiles" des Gilets jaunes qui fantasment un prétendu régime policier...» Le message était accompagné d'une vidéo dans laquelle on entend des manifestants crier «suicidez-vous» aux forces de l'ordre.

Revenant sur ses propos, l'éditorialiste de France info a ainsi expliqué sa démarche par «le harcèlement numérique dont [il faisait] l'objet», affirmant que ses propos ne visaient qu'une certaine catégorie de manifestants, à savoir ceux «appelant les policiers au suicide et non [...] l'ensemble des Gilets jaunes».

«Pour essayer de retrouver un peu de paix, je retire ce terme et ce tweet postés sous le coup de la colère et du dégoût provoqués par une scène ignoble et m'excuse auprès de ceux qui se sont sentis visés à tort...» a-t-il poursuivi.

La scène montrant certains manifestants scander «Suicidez-vous» aux policiers, avait par ailleurs choqué l'opinion publique, et engendré une vague de réactions au sein de la classe politique

Lire aussi : «Macron, démission !», «La police avec nous !» : au cœur du rassemblement des Gilets jaunes à Paris

«Ecurie de branquignols», «peste jaune», «beaufs», «extrémistes»...

Avant le tollé provoqué par le journaliste Renaud Dély, d'autres figures médiatiques n'ont, par le passé, pas lésiné sur l'utilisation de qualificatifs peu élogieux à l'égard des Gilets jaunes.

Ainsi, Roselyne Febvre, chef du service politique de France 24, avait par exemple opté pour des éléments de langage très suggestifs au cours de l'émission Politique, diffusée le 28 février sur la chaîne publique française. Sous-entendant que la mobilisation des Gilets jaunes s'était transformée au cours des actes en «une espèce d'écurie de branquignols», la journaliste avait alors eu du mal à cacher son aversion pour le mouvement citoyen, estimant que celui-ci avait fait émerger «tout ce qu'il y a de pire chez l'homme». «Des Gilets jaunes, il ne persiste dans le fond qu'une colère brute parfois irrationnelle, d'où a [émergé] un goût pour la violence, l'antisémitisme, le racisme, le complotisme», avait-elle considéré.

Deux semaines plus tôt, une inscription antisémite taguée sur la façade d'une enseigne de restauration parisienne la veille de l'acte 13 des Gilets jaunes – bien qu'aucun lien n'ait pour l'heure été établi entre ce fait et la mobilisation citoyenne – avait été prétexte aux commentaires de nombreux observateurs visant à disqualifier le mouvement. Le journaliste Frédéric Haziza n'avait ainsi pas hésité à parler de «peste jaune». L'éditorialiste Dominique de Montvalon n'avait de son côté pas manqué d'ironiser, laissant sous-entendre un lien entre le mouvement et l'acte antisémite : «Les Gilets Jaunes n’y sont pour rien. C’est bien connu : il n’y a aucun antisémite dans les rangs des Gilets Jaunes, ni aucun slogan de cette nature. Circulons, il n’y a rien à voir.»

La défiance du monde médiatique vis-à-vis des Gilets jaunes est un phénomène qui s'est développé dès les premières heures du mouvement. En amont de celui-ci, le journaliste Jean Quatremer avait par exemple considéré qu'il s'agissait d'«un mouvement de beaufs [...] poujadiste et largement d’extrême droite».

Lire aussi : La défiance des Gilets jaunes pour les médias exacerbée par la couverture de leur mouvement ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»