Abdelkader Merah : 30 ans de prison pour complicité des crimes de son frère

- Avec AFP

Abdelkader Merah : 30 ans de prison pour complicité des crimes de son frère© Benoit Peyrucq Source: AFP
Abdelkader Merah lors de son procès en appel au palais de justice de Paris le 25 mars 2019 (image d'illustration).

Abdelkader Merah a été reconnu coupable de complicité des meurtres commis par son frère, Mohammed, en mars 2012. Un soulagement pour les familles des victimes et la confirmation que le terroriste toulousain a été aidé dans son entreprise mortifère.

«Coupable de complicité». Abdelkader Merah a été condamné le 18 avril, en appel, à 30 ans de réclusion criminelle aux assises de Paris, jugé, contrairement à la première instance, complice des sept assassinats perpétrés en mars 2012 par son frère Mohammed. Un verdict tombé comme une enclume dans le silence de la salle d'audience, bientôt ponctué par les larmes de reconnaissance des familles des victimes. Dans son box, Abdelkader Merah, 36 ans, a à peine courbé les épaules.

«Comment peut-on être complice de la chose la plus abominable qui soit et prendre 30 ans ? C'est incompréhensible. Tous les professionnels de la justice sont surpris par ce verdict», a réagi l'avocat du principal accusé, Eric Dupond-Moretti, indiquant qu'il envisageait «bien entendu un pourvoi en cassation». Cette décision, rendue après douze heures de délibération, est une victoire de taille pour l'accusation, qui n'a pas obtenu la perpétuité requise mais a arraché la «complicité» des crimes commis par le jihadiste toulousain.

C'était bien là l'enjeu majeur de ce procès en appel : déterminer le rôle exact joué par Abdelkader Merah avant les tueries exécutées par son frère entre le 11 et le 19 mars 2012. La cour d'assises spéciale a estimé qu'il était bien coupable du vol, le 6 mars 2012, du scooter utilisé par son frère lors des crimes. «En permettant à Mohammed Merah de disposer d'un scooter, il a apporté son aide à la préparation des actions criminelles de son frère», dont il était alors «parfaitement informé des projets criminels», affirme la cour dans ses motivations.

«Mohamed Merah n'était pas un loup solitaire»

Elle relève qu'Abdelkader Merah a reconnu que son frère lui avait confié à son retour du Pakistan fin 2011 qu'il était «prêt à lever l'étendard, expression ne laissant aucun doute sur la résolution de Mohammed Merah». «La fierté affichée dès le stade de la garde à vue pour les actes commis par son frère» et «l'absence de repentir» pendant l'enquête comme lors du procès, ont conduit la cour à prononcer «une peine sévère», assortie d'une période de sûreté des deux-tiers.

La cour d'assises a en revanche abaissé la peine du deuxième accusé, Fettah Malki, 36 ans, en le condamnant pour association de malfaiteurs mais en abandonnant la qualification terroriste: le petit délinquant toulousain s'est vu infliger une peine de dix ans d'emprisonnement pour avoir fourni une arme et un gilet pare-balles à Mohammed Merah, contre 14 ans en première instance.

«C'est une belle décision: c'est la reconnaissance du fait que Mohammed Merah n'était pas un loup solitaire. Il a agi de concert avec son frère», a réagi Olivier Morice, avocat de la famille Legouad, un des militaires tués. «La justice a ouvert les yeux, aujourd'hui, la France s'est réveillée. Je vais sortir fière d'ici», a déclaré Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier militaire abattu par le tueur.

Il y a sept ans exactement, en mars 2012, le jihadiste toulousain, passé sous les radars de l'antiterrorisme, assassinait trois militaires (Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohammed Legouad), un professeur et trois enfants juifs (Jonathan Sandler, ses fils Arié et Gabriel, et Myriam Monsonégo) avant d'être abattu par la police après un siège de 32 heures suivi par les médias du monde entier.

Le procès Merah, avec ses près de 300 parties civiles et ses 117 tomes de procédure, inaugure la longue série des audiences monstres à venir sur les attentats du Bataclan à Paris ou de la Promenade des Anglais à Nice.

Lire aussi : Assaut de Saint-Denis : malgré les trois condamnations, des victimes déplorent des zones d'ombre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»